Skip to main content

Full text of "Burki books"

See other formats




JNTjJiHMjh 


iu>hl jjiWoUl<Uyu||l 



jvic^uu-u 


•* ». ** 

iX^oi 

#* 



• • 






n 

ir 

to 



* Jill 

i+j j*3\ UUU OlW>*tl ^ 



jTWI ,1 


iV 


jjUU 


I (> ^ I j)M4JI 

d - - - jii\ iiifb uU^tl 

V - — - iu-J >31 UUU Uaill 

ir >11 ajjjl 

rv >»i <ibb P ^i P u-,i 

- A--J >H AiJJU yS'WI ,UJ 


* 

































































































































♦♦ ## 



5 - A - ..X (j (JjVl t Afla i I (j 

j 1 J 4 — jJ LaLuJ l 4 1 _J Jill V jU 0 1 i J j * I 

Lj^ I jl j-5 « L^jLLajj » pi j2>> I p*-^^ ’■ 1 "' j^LJI ^x. L^j ■■ 
tJ OL>- ijjjjiS jjijjJt jjx- * L-ojI 

4 A It , y Mil j a j, ^jJ j} jpaJ 1 f Laj J I J I *Kjl3 ^ * -* ^ ,^r> Jt 4 ^Sl^J I 

< jJLJI J jj-VI Uj (j jui j j ^ OuJ j5U I a jlJoJ 3 \£ LaS 

Cr° O ‘ Oi^a-Vi (j^ (J v^VI <Jx- I J_yLa*-., -uJ Jj 

(j-u jX> ^ C- p L^JcJ 1 jj-a A [ 1 1 1 Lo ^iJ Lt-J i ^ J > ■ ! . jJ tj 1 > t-J J 

t> i3 J ■ JULd I j ^ i « 1 V | j a jt ^ ' • dJ J I 1 ^ ^ ^ j J V-J I 

* * ' ' ' li fli S J J Jlu La L I VI iuu (3^ |*^ 

■ 1 fl c - £j j>J Aj, a,* a ->- CilcLijJ wL^Lft j I 0^ J^5T 

tiUj 0 ^-? < SjLj.mJ|j j 1^ ai ,„V L y vuj wO ^ l>- 

^ 1 ^jJl» La jr a -I I A 1 * * La jl iai*4 > A^, i .,lo J 5 L, -^ 3 ’i"* 

• jJUI 
# 


5 ^vmVI JjVI — ^JuLajiM J - <Mj>-l *AJJ 

t I (J ^f^jjLjJl ^j-olx-.iVI ->>-1 jA *7* * “ ^ 

( AJsj) 1 I jj 1 JLa^a ^Jl ^jl jl jLi < A . ~ L^_ > Jh J A_a 1 1 aJ 

a 1 « L^-a^U- Jl aJL.j J-oo ^sj uW-^ i^ S^ 

a (_j*jJ) ^jmJLI J* n-t jIj wJuJI iW*U i v-uLJl «±L ^ 

• r*?^ V“I Mjf- W -J.'> • 


n 


Ji-La OLL-Lt Jxj lju li i J Ijl 

>♦' J* Jjj od£,j , (Prometant) 4 aA£ j* )/x> (Prometteur) 

doi- l$LJ * If'liU J JUJl yt Lik (J llai- 

0JL^J d l A »" .11*^ J - ® J^" ^ ^“4 L?dl! J ®_/ %- L“ 4 l-Sli I 

«* ^4*^ i L p*“ i (^ a J ^ ' La <-o-iSJ ' 

,i_ r ’. V >Jl J tli Liul (Prometteur) 

-La!*Ji jli <*Uj . Jjliil L»L«J U 

j ^t.,. 1 1 ^jLall Ldjl ^Aj(Promettant) JjIM u> - 51 * £$; 

* iu— j jiJl L_ ijJi j (Prometteur) <y uJ 1 idll*.? * 

idJj Loju ji liLij La y * 3 ( LiL>i J Lat ^V \ j ^^*1) 

* ' « fl - - ■ LaJjJ LjyiJ) AjlUIj ISJ l Aj jJla 1 jZ£ % 'l 

jJJj Jjj 3juS Ly<j pUfl>l d)d£ u^>J Lo.^ 

J ^ ll^Jl di-dj < JLV)|1 ^*j' t>;dj j fLL^l Jl* 

• fL-»VI dbJdj * ykJl ^jj^r*- 

' i \^..M ^AiJl j (Esquti JU*^J J) l*£ 

J*. < iUxJi j jj!\ £<• 1 ' i ^ J 

j jL-Jl ^jLj V jJJIj “LaJ jdJi <*U1 j LaUa^ o^LaJ 4>i 

* A *-5,^ » y>j > UliU- 

^•:-. . »il y -(1*11 I^j (Camp ) <*>lS JLoaI—I dJiS 

J*. JaJJl U^yL « jSLa. • y»j J ULja l> ^-4 

^ «j L-J jiJL (Camper) Jjd LfCLi 

• J^a-L>J 1 £ U LlJt 

\ ^aJl j Igj Oj-aJaU J («be) JUaL-I iUji’j 

Li * j )i 

■ jjJ) {jl (Bedouins) j* ‘L*w^dJL ^-*-^ WL 

^iliL ojlSoi yi j >1 yjVi dJ-U Ui J- 

4 j’l Ji 3i!U . UJ yLJ \& yc^i u^d (J L>i » ^ 

. 5 jfiM ^L— U-iji 


u 


Jl *l‘.J liili jJ* jJ-J yX} 

J— £ 1 (j j'-fc-oJl to^j ^SJI I gji 3 ( g^j j pistil 

LiUl c?l ) <*£*■ qJ* » "* Jj-aj i r J ^' 0^ 

^JLaIj [j\S ^lII A0L.S.>J 1 AjLjJIj * AJ AI -£ j <-a»- J ( 

ul5 (^JJl (^LJi ^...aJI dJj Lu— :! o5 Aij5 J o^^Lui 

• * * ^Jl « * * * lix-LL.^ ljj.fi. Ll» joj 

jl * • * » * • * (Jj *i J iUjSi 

Lfcjjlitl -3 g j ^iJ I JL*.pV1 0 j j**t gy-L**! I 

? ! !« . . fLoJi |*jyJ L*jji. tfl«S I o3j**t L*-» 4i*r*' 

L^ < p.L..,4 Vj u - *^ l)I Ijl dJj UJoj 

tiLii Oj^i lt 4 *^ ( AiiJlj L*U) AJ <j!j « g*d 

• *i (j jj U vjjutf j I O Ul* 4» 1 Jl 1 ilJJ g-a- * ■ ~ ‘ i ' 

J* <j J-aiiJl f Aj— J <jt dj*j 

j By j**. yL# J- a‘J i_*jU aJ 0 ^ 3 < j* db j 

-* 1 i 2 )\ (J Loj- yu CAt- g A» ■ « yx 3 t$^y 

;L£ l-u u^w j^s i * p ^ V *\ i J W-i j-aJl 

A (J t-tlS .giJl glj \-0y*>- Sgj^oil oI^IjUj JLaU 

m * 


aJj ( lJj <j*J Aj I LS « pJ-*4 V j « >4* 

* jiJl A^LoliJU pA-ji- y&> 

< wLJliJl 3 yU i>* <i " ° J -* 

A, : ^ill A,.L.A-^iJ ^U- olotl -^o uiJ* jj Ajl jl 

• I 4 J AjLAt pSjej jJjIjJoj 

I UiL j oj>j ->3 ^ aJo_jL >-4 0 ^ 1 ir* $ 

/. . il _. J! Am U Jl>.I <j I pi *5 #k ^A J 43 

A l . .a Li (j\j J A_Lo Ol5^UJl Of L* Aj I O jr*- 1 ^ ^ ^ ^ 

(j^Jb U aL.j‘ 1 a5 Ajl Uul * SyiJl di; (j 

^ .-J 4 J ^ Jl ^ 0* V**^ J 1 


t UJL j oj>’j ^ 

US , J>y <^1^1 >* Uj& * wU-ljU dfc, \tf\S jb 

; j r \YM ^ y> 6*-^ ^ 

r • UJUJI ■ 




■*U <jl 


.J JJ>S . y-JI J u ^ i>\ - ' 

. ^ ^VU ii~ 0 .. U ...i-> M ““j-J 


ji^ ( l c J3 Uj-I il-o-l <j *r"^' -^ Ji I* 3 — ^ 
/mi <i» j; -y- Tt pjli o^ -j3j . Ssr K 

^ a ■ 4 n I _. *' l _ 


oU _j£ Jj U 1 0&— iUl ■ OJ^d ,Jj iJ» J*J 

* mi i^. I H U.J . ^1 y^ Ul ^> JI 

j_«J; <> QjliVI j s?’ r ' v ”' r Jt ^ r ‘ ri * 

* -rr*“ 

uuio^ ui ) < yui j-^' ^ 

u * i < ^ ^ »j« <?■ ‘ f mr ^ c*. jb ..^ 

^ji a -siii ■»** ->*■ i / 31 oW5U ^ jL f j. Y? 

I 4 U - : - » J»J Jui .1 Cr* >“ >' ^ f ,VU .^ 7 * 

* ,, • * * UJi dLL J fW*^' < * £ * -*’ 1 ■■*“ 

J JjVI 5^1 • GP^ J» C7 J ^ ^ ^ 

T» 

g- ^ J* >’ ^ ^ K ^ 

.L, m Jjjij { wj> ^ ^ JjL - ^ ^ 

* tfji U» B-> b -> { * jS 

a ji o-J 1 ‘ k '" ,Uj - Cm /"* ,' l ^. 

, Ql^JI ^U ^ j 0 ' jiiJ ' ^ ^ L?i '/' ^ 

U. uU Li-\ JU^.b *W V# 5 ^ y ^ J; 
Z J,u 1 t J. *,*.**» — ^ v * 


n 


13 O' O-P ^ y Ji» a5 

-CLii-l jt I yOl OyJ Jaj U UJa ». £ ji +a-\ j^> 

I ■ \ j U ■ “■! 9Jkg-J (J- 4 ‘ < '**-» O'!--* j-Ld 

# ’ * v 

* OiJI OJj (j A.. h 1 , . ' i ^jj 1 

y_*, od bJajJ 1*1 Id* v*l uL» . JU <i» 

y I4UJ <\>** i ;yi J t£>* ^ UJ 

- yJjl* yJI syi 'd * ^ j U OyJ' 

,V> O' Sjl>i j dixJ yj ojL y <j> *7**“ * 

^ ^»UJi y jUi^ J3U. y j>.V' J' osJ*k v 3 ^ v^ 

^ j^: yJ ij y^Liu.j y y^-lj ^ u x - ^A*i 

• Lji L>w Aj J L*jCLu 'll I o j l a *J 1 OLL> 


j Jixj d - ~ - * 0^ li*l*3 Lx- y 3 l&y 0^ % 

L* j y Ux o*-JL f yj j < l$0 y 1 ^ <3*^ 

, ; 1 - ^ , q \ > j jlii j . 0^^' jd «C* ->* 

4j_y>JJ O j£ L. u^ii 5 j ^ 1 

* UjI y j UjlLj dxjjU y yU-Vi JO y ^ 0-* 


t* * J^ 1 ,a * r-^ 1 r^ J ' 

<,jU 11 j < OU 3 o^ 1 L* yy^l fJj'dJ' Sr 4 O' a ^i«: J1 j 

uj Ji v l!ilftl y »j^-; oly^' y jtS J 4-«15 j' £-* 

0 &> 0^ y y3 4 AOu.jdJI yy*Ji y 0oJ' j-flj « ^U'i I j 

1 o^Ui ^ ^ - 

UjUo jbJl l^ySd ?\J\ j aU^-Ji UjbLilj 
j, \ t 1 . 'aS ^LJugdl OliJJL* lily y li* ^ 

* jW ^ 1 c^ oy liiJL ixU byl ^ ca**ib 

juaaII pljj y 


^>Xt ^1 031 ^ 

, <Ju^> J 

\ 


\s 












































^jji <iioJ o^i (Jj * n V 

e L_j il^ji «jj 4 cASW <v-> ^ *-*4* ^ r^' 

,»IU J < . Jl I L_$J^j L» |^' *— ajL-jJIj 

UjISj *** j-^ i ?^ 1 4 - i — " * ir) UU*:i 

UU j ^ ^ 

• * r ^...jLill ° J 3 d J,j-? J ^-* 

• (J|. ite.yl J (J^jJU |*Sl>o LiL J "‘l 


*>J| Ol 


UlJjll ji— J 

,._ rj ,„ -..- will MyA _ JjL: - ^ >' - 1 

^.- /- V Jji OJ-fr '*■ » *-*S^ T — 

01 j pi-- oLili# UUJl c*iiU < \V«t L~ . <*!*■ ri fy. 

« Lfb > J*- ^ <^ b U ^ “ WM sU> '^' , 

; -<:. < USU^iJI ijJt I jU#lt oLS J Js*l— > 

,.m i <i- j 3 UI Lit jy • iY O- W O-MJ* - Vf 5 ^- 8 ^' 
•L.^ii» i - yj^l <> <Jj '“* ;y1 r - Ll1 ^ ^ 

ul jl* Lri) J ••* • JA <iU . rA'v u- - i 
JiL >JI Lit jl*j« J>! ( j H1Y ) <#-) £-- ^ ^ ‘/^ L ‘ j3 

^Tvflr r\ jfi* - mv ii-i • . ••* W« J* *t' A” 

C^LJl C,\j^ 1 a - ^*-^1 C*LJ U ( ^ ^f )l ^' ) 

,#jJi pisHi ^ u r»a'^ ■•■ e\ L "“ OJl: ' , ' l *7 l J - r 
1 ... cl JLJL 

< 0 . jLfil ‘ ^ v ^ > ;1 - r 

_ ) 0 {• „ ^Jbf> _ ^ a- ^ L •J ii, 5 ^ 1 

^ > ^ * . r v\ _ na a- r „u JiVl ixJJ' - W 


^>11 J^ j 

( t) (ois'jj) j ;uji ^ o' jA i °j** J 

, -ii ^ j* (^ ir 11 -* ( X ) 

1 i-’ i-.T-. JU- ifjJij c#^' v'^^' 

, u, 4^-- o' VX X> '"’{■ ' VA1 


r — *■ 

0»j c 


s jji klu LS^ 

A'\b\ 


Ohio jiL- . JjU-'Jl J* u -*‘ 

r , >„, j j5U s^j* <j ^ *-‘* M 

Lu quxjin ujiA^ 1 Wi r u JUa1 Sa * ^ 

Jl Cfir^l tSsJH L^i lK f^Vl a*. 

ljX.J • *** <-» ^ ,UJt ^ ‘ ^ 

, «sL.U. J IjfcUl p^U 41* >1 L.**j * V> «-** <**“ ^ 
U^J ••• - rvi - r#A t E j<» JAi 

^iJI 0*^.1 jj -Xi J l O^i - ( * i St ) ^ ^ 

oaLj .ji*s'a\ ‘j~j . .'ji^ J* ‘ ^ ^ 

5-x tX j •>- X ■ ^ >1 

• ij XlSj xdl J* .j-i^ </ ^ ^ J 

,<J| * * * i.» jjjliJ' <-_>£ Jl iXJI J»s LX- <Xj 0- k>J^' J* 

Jjl. .•?! ^ . V U* oja* ^UVl *X X Ol J^' (> O^i 


_ t 


,1 * • • Ja-»yiil ; V ' ■_r > '-. - -' ' kj l _^*** J -J“^ ' 


g-.-l.l >J! <iX >Jt 1^1 •■* j— J5i» ^r J ^ J ’ 

J^i ^> J, ' ,ja ^ J ^ 

'* * Mi ^ i titt^ **s *tI* Vi 


1 1 J™ W ^ ^ * * f I 

ji^ >j * j5>- 5j-^ j> ijL^i « *; ' 

■ . ' . , 1.1 A\ . _ * _ Lt > l/l. 


UVi 

^Uii . »Uil >lj r«^- ' J — >' o' •“< ^ ' lUa < 

j uUi ^1 o---'j • <»»< \'- 1 j^ 1 r^- ; |> i*- 
>;!_•• jJl 1+^ ol»j jj 0;l»i |J*> j’ 1 J 1 '- i “ l 0* ' jLl - 

1 - *LJI jj-J. 1 t-JJI OUi»)l j ui j" 

^>1 X Jiu* o:is“i JI X «jtafi j-mv >-s ; r V - r,A -- 

uui 04 * j to* caS j-j Jiv* 1 ^ ' Y,t **" v? kr- 1 ;^ 0* 
_ X i.il j y.j - X 1 a'-’i' 1 IJ * • >/ u > 1 ' J,r , 
^ X-i jju o . ^ji, ji *jLi- J>-j'> • r*“ v/^. o 

^T-l ^ _ r E _ *U( J—U t-ut OUljJI '-» > 

* re a _ r tf a ^ ixx j/oii joXi _ 

J CIS «53, . »>J1 ^ <i a-i-l> X' J ';_■’ * b 

" . u t i i * __ _ i V A 0 


i _ f 'A 


- tAtf ^ -> E - JJ5 * Jj U *= 
W^J jol^ > < iA X 


. nA 

^ T _ „ _ ‘J - 

fJxTdk'j Aij\ Ia» jUs;i o' jp nA 




5 -\1 I O j I jSll I oJlA pJ lJLJ! i^*3 1 jC* I J'j "in" 

AJ ■ i j, t l5 I . ■ j_Aj Aj UwJ Ct 1 A -* J LSUI { j £• W A^Ju U 

4j | j j j £* L»tj^ ^3 L»-ui I j JL*JI I dJju aS jLs aJ JjJ 1 <j ^ i i * 

• ^ . !> . s 

aJLJIj <.. ., .«-Jl a£UI aJu J»IU ;1 ul dLa Vj 

^ . a ~: - . 1 1 (J Li) Mjl-JIj I IjLS 

\wL_ji J 1 L-l—l L> Ljl Uj j-ir J^Li jL^oj c^L (^aJ' 

* jvlV ! 1 i 

. • • 


^ ... — V ... *J fc Aj ^LlI 3** 0 jS*j juVi I La s^J oj IS 
* 1 > J ... -». 1 jjt * *■ * >** jj •J**** J (.fL -*■ * .-•* ■ I L 

fJj * (*rt if (i*- 0^ </Lh 

<JLJ^ o L> I j*A ^ UjJ V! J 0^r*i 

• A^So- aJI Jtfr J 


d , fly y f I £,» L*t3 (j l J^«J \ ^Jj 0^ J 

J— Jaij <i Oy^H Oi ^ 1 

L_jt ^1 u I jCS ^l!I AitUui Li * ^ ^ <JLix-l 

l (JmM L^-L O^S ^lll ^ ) L** 1 ^ L^' 

A C.LUI j ja> Ji-b jaJl Jc J-J |J 1§3U t-^l^r-iJl AjL^J 

^J I ^J\jjJl J1 oL-fl^ VI >•! <uU Jj3 iUaS C*SlS Jj 


J * 

S . ‘C i:?,., i i ,*.. ^llz J ji%^LdU ()\ U* jtrfljJ) ^ 

* { M ) 

5 jjui T1A ^ )Afl* - *«» jJi: \ - V 

Jj LsL ^LJ j-IS” o — ** (*— * LL* a*.j* II *^**»- v-^ 

LiL ^ UL i>l ^<k Ail 

i . ^ i -: Vj ( MAT — ^Voi ) ijaJl Li* jL.U~j> 

-0 ^-^1 1L* CjI J-^ 1 >J « 0-^ ts~~i >' 6 ^ ,jl 

_4i:t _ j o>j—* jfs i/jLlj j a! jLi*L La jS’i 

J^L. ” i o A ^ _ t ^ AuLDI utJ>aJl L:^ u-* — ^ ^ ^ 

• ctL-*l Lu jlj <*-l aj j»-l jj-V LiLJl JiS ^ 


rr 


r.A 


di'M 

* tjA, vi oj^\. y ^ o* 

j£ iai J A, a I mj j «3 yu ^ uOVl J d ^ U^J 

J c- A3 jOJ ^ JA J <J&i\ Ai- ^1-4 pU*V' 

a itwu UK vi tf>i dijyV' oi ^ Vj - 

Ul3 - ^UJJ ^UJl f'V a- Sa-Vl -0^- U <> 

J_£ jl aSi ^JJl £JJ jtf iS^ <^' a 4 fcJ1 uX ^ j 
t^aJi c?j*-. o ^ t> - r L -^ 

V < A >uly V r*^" J* f^ 1 ^ jU ols 

• (')J«J1 V oJV <j c^ ^ <a-Vo 

^ju*J UaJ U15 U <J V't^J j'-"’ JOft V 

U 3J • aJlax. V! V ^ ^ 

• a-^V' oJjk *j' ^ ^ou*i_? v A ~* **■ ^ ^ 

VI dLJj i jbWI li* t> ^->d ^liai-ilj 


A 

A 


_ \Yfli LiL ^ o<li V «>-**■ y^'-^ 


o — - j* v j ^ *■* t- ** v b ?r .:T 

j* oi oy^ ^ ^ ^ *T 

j O^iiL* c^JLH V' yJ * ^ J 1 ^ tf* wJj . 

' l^yil UUI J M* ‘ ***■ ^ LJ,,S • J ^ j ^ s 

jm iVij aja < <*M oLi — *> ui>V' j* 

ji aL ^ 6- c»/d o> ^ ( ~r* tf 1 ) s - 1 

4_jisjl ju if$\ ^ Ul ^ 1 1- JUJI Z L ^ ( "r7" 

V tfl **- ji. i 3 . j ^ J >^- ^ ^ 

^3j ‘ V* ^ ^ * ^ ji , >, 1 y i , . ^ 

/^sl ^ t Ji o-Ji <iU*> u* j c> -5 * y L * 

P uJ Wi ^iu - ^ J* ' ,a ^ ^ OJ * u f 

[u \jfL x ^ uifu^ Jij; ^ ^ 

An . . f _ i...m uU«JI aJ-^I' ***#e ^*' * 

~m j/jli - v> r>' ^ f Jf %7 i ‘' 11 

r^- _. tai ^ .»*i j/-^ 1 WjijiJ 111 -^. - ~ jf 

nt J- ^-1 VJ»)I y-l>l> CiJ 1 "' 


r ^yat 

Lji 


ri 


J' U1* oL-S ^slt oUljJl -.ja 

• i^i^v f i_jJi y.L.j 

J ) j .a 7 ., < Lj m . “ J 3Jjy3 Co \S ^iJl uliiUJl a JUfe coi^jI J 

{_$ ■. A . it, > n p I laT h i I J * jLjJoVI jUj 0»J |*J 3 1 -^wu I yC- Oj V 

^ 1 ■■ 1 1 jLC-»-lu-4 4« ^_> 

• ^ > ■ rt 1 1 ^ J Li-j La j La ~ « j (jLS^ I i 2**uo j£> I J 

Lg»4 yj K ’ y I \ ^ * pit r • 4 jwJ) pjj dJj -l>. j) 

4 j I £ l_L>- (J I ylfcoJJ (_fLJI j.t Jj CuuJ ixJLoll (J S O^) 4 *■ j. j 

o<J — C J> J J i..* iii.-> Lfc^axAj ClJa>>j jJ O j" * - -■■ i *• 

* jLjVI Ji-Ltij M v» L 

£7 J — jLli-l L jSU 

- j - -■■ Aj^«j ^xjLaU »o$J _ 4jj all JU ; ^U! 

Ol VI s^taJI aoA j y L j jVI U IS" <*^L*o ^Ul 

sS-U j (j Lt jj a^ ^ 5Ltii ij JJ p j^C±i I at jJ I d!3 j I >_4j& 3 fcl I ^ 

* <u5L$3l UUU oUiUJJ a> (j <la.jj Aj^kiJl AT^i 

<_oIju ccl £ ) C 5L UJJ >VI 

^ Ul ^ ^ j£* ) ijjLft Xlj Lii I 

<) LfrjJlf. J^JLL* <14 3 jLil jjlj * O) Jpt ^lLaJll (_} 0 L I JJ 

liuJii- L>- jp»- (j^i-Jll j^o V I Jjl r Q^JU^ <Jl> j JL>-I 

Aj ^ ^jl^-yLAJ x^i>. uAJ 0 j J'Jlj ^ JUk ^ j 1? > Lij 1 J \ ft U 

<JLywLJ \ 4JL* jLil I Jl> OJlU jl I Ji3 {j 1 4jj L5 


jk ^ Y^ ■ <J_ui Ja jjl ij <jL jta jUl m ^ JJ ^ b-MtjJ JmLjlj 1 

& * j ' ^ jj (j Crt J $ 

T * * J ^ij <ili wJudf 1 J^m L«1 i ^ 1 Y^ * <Jjj X * J 
^j^h* iJLLiAj > * \ V \ t j -* H *Y <«J I ^3 Y ^ j» jj l^J 1 J— ^ i 1 

jL if* - Mi ^ j*LI jli J0% g J\y~ ^ y j+*** 

• r \YV r- r j- 


re 


jji Jj r^ 1 fs^' ' 

• iL eLJI ,> |l,| i>^' ' J *-'+ ji j J*» 


l>-^3 

c^\S 


Uiill (j UU-*!j 


Ci L ji-Vi Lr* 

.ill— a^W •>»-* J J ' Ujl ^ Jl — ' “ " 

. i_*-ii * J& o-w ^ jtM V- • r w » ^ 

U>* Ujjj-i ^ W d'-*’*' *“ 

//. jj ,> • j^. i * 1 r j -> J *-* •>* 1 L,J - r “ i 

«r .-. . \ ± A 


J idlS -iliJl ^“ i)l , ' i * '-*“-« </"**" d-r 1 

iiXj| Jt t’DUlfil ( 4 U- Jl ) *-—< J jVI Sj -^ 

J'jji Vj kii L- o* ju 4 u* ^ |jj»^ ^ *“■ 


U <j I jla Js I '- ^-* ■ “ o*' ^ 

I j Ul~u- f* - -»■* 

jJI oiJ ^ 1 <> .m* t-^- ^ • - -- ltl . 

pji j, ■ a 4 ^ 


<JLJ 

,1 ol VI ^ 

<u ,1 < 5 *. 


Jj-4 I J ai^' * 

• AxlU <> y^i -5 ••£ 

coUs-l jU UjjJt x* Uli 
,_aJI j— II J*JJ • Wj> 

£***«* ^ v-^ ^ ,,i, <** ^ "v 

1 - tw 


, | ^ Ul 

\ " i A ^ Ji Lib 

t *t * 


Is. . 

•*jk-** 


_ n 


6 fc fl O— **" **» *’ - 0W * Ja * U «*f^ 
jj 1 |-^ caiu • aIUj u* «*j* j cr*“- T'?* y ' 1 -. *ri* 

' • 7 T. 

» ^1 ul Jj ^ ^ 0 *-" ^ ‘ *?' ^ ^ 

» r«»- > >' '■>• 

-> t +> <■ j- •>»•** 'f j -; 1 
^ fls * L r.Srt , ^uai o.^- ^ ^ 

J ^5l£)l f }J j> Jr ‘ iiM ( *‘- K ■**• 1* - r ".'/ !l ^ 

Jui, - r 6 -r ^ * >' - **» J ^- ^ ^.tr. J 


_ \ r 


_ u 


^ f 


n 


\\ 


d J JUtf AJj I aJuLaJ La b Aj J 

^i-V ^ i— Ub JJ Jw^-ki V jJ Aj L ^-Ul O^J J»' jJ' 

(. ^ I A-) - I (3 j ^** * 1 d! jS-ill o wXA ^j -4 J t Jl) ) A * M i ta 

el>*j ^“jj l «J D I J la> j V | Lft Oju LitLJ I ^-Ls *^j jJL4 ^LLlLu* 1 

• <Jl A. jJLj 1 ^jJo (J } ^ ii lie. t_Uaj* *> 

*J tjl ^M,I.>W A_j li 'j-ft (J Ajl J Lo-fl . 0 J 

3* JjuhJ * <^»U. I o3 AjI£j 

*La» j_4.il <frl j_*_j LiUJI ILSjhJ * Aul jwjI ^ j*Jj ' 

fj ? * Jj Lit) ) O U»eJ A^*_o L**j ^Ia. J aJ <■."■> Jo j£, 

i A^_j ..A.fl.vl I (J L < j a t i n I 1 J <! ■ *» jj {£ *Kk*u j^c J ^La3 J 

jU^j 1 1 1 '{^LJl j-*l 3 — -» ^ i>* a-jn^oj > 

tf-U- X j . a ... j 1 ^L --i *■ p- aJ l..a.~^ > .V V UJJL _L?LwJa)l 

^a A_&_> jJcj AjiJ J 1^)1 (3^" c£ ^ l A. . M. flj L IS1 1 (J J lldj *i/ 1 J 

J VfJ I^j ij A^ L^J I aJ^ L a, 1 1 a l J ii > SJ 1 LS J 

kLsJ IS* J * *- J ■-* jj < X fc^*i* A i la *3 (3 L-j*- 1 1 J Li« LJ 1 IS j I , 

<> j^U £^L-£l jr aJ L^oj L> So^lj 

l>* * 1 ^ JSj ^Je ^ail Lj:U 


I 4 A^wM 


^ Lij _j1 JL*-1 Jl >» V i j— alii j a (Jjiji * ^AS" u-jlSJl J-i 

_ jiil j-*-* 5 <J l • » ■ ■ if I LiA*ja i J * ^ »■■ 11 *V ' j' * » 

j*— ^1 vjl .Jj*j JiiJ LilJl JL J — 

»1 ir . Li«LJI - *~t »i - 1 1 l ) i viilj j i_» . ^ . 1 1 LilJl o' ; !* •>« .« 

j j i». . il Jjtil) •- ■ ■ AjU Uj» i_jl53l Ll i O'V 0 -* C»LI^*J( jiii 1 

Jj.c. L^jl jJii I ■ <J -Lfj )\ J-e-UJl Jj 4 > . U 

* OVA ^ i) OI>U- 

jju Lj <.-.>.>■ :j i^JU- jkS *x— *1 o' JjLi ( *** ^)l ^*1 J _ 1 *\ 

i*j.jj - Ajjljj ~L» _r" oUi> LiU' '■i* - ' »Lj j 

.1 tyj— — oiL' t • .hVi sW* j J*'y * 


^ r G Ji~n\ C.u^i >i * r 


\v^ 


<J yi T ^ ^ J; li 


o • i _ o * r 


TV 


ji^ji cl u 

^>a3 Ui* Ji <+»A2 

?\ jr U fV^lt oU d ^ 0^ j-b <y^i <S^ Ste 1 

t ^>ji jt ^ r 

* UU jR-wsl y* ij jUj 

-U *U <a-U>- Jt ‘ T **-U> ul ‘^i fb 

" I I I _ t I * 


4JUJiU A^i: <^U>- Jt ‘ T **-—> Ul iS^ *- A t A i r J 

Jtj US' c UiU: (> ^1 e;oi <c&* cUtUi ^iSl <*s^\ 

^*i ol ^ <> tfai **—1 iS^ iZAj ^ 

* <*i.j JJ <> jax- jl {yr* <S^ t> U 4 *^ <J 

jJuJl J Uit JLI JU1I o^A J* <Ai> 5a- jlj^Vl ^ j 
Sj^LI j <#>. <> fly^Vl yU^ *b-> U*^ 1 

• t£.>»^ (j- 4 

tJ^-A f-4 ^^sJ c£i (J ^r- 01 -£* 

0 \5 <iS3 <j.3 : i> y aJ ^ ) <j> ^ r 1 * ' 

^iSli aJ> J-* ^ fj^d ^ <> t - A *-^ 1 

Jt e;Ul ^1 jJCL-t y o^i £>l (JjVI ^U Jt SJ^JL 

, ^r^. J ^ t^y *3* - iUjl t> J £ jU * 

f - ^V! r jJ Ol ^ j*- c 

.LSI^JI Cr* J oJ^3 y O^d ^ t1 ^' ^ 

^ls3 ju^* r L1 u ^ 

O^L/u J Sjo jlc- oUilyil jiu lax, LiUl o^J * 

ou’jai^ 0*1 u, ja*-i cl ^ c* U > ^ ^ 

oyc ob • ^ iV^. ^ r 1 

/c ^ v cl US I>1S <JI Js-d V l^-i tf ^ ^ J -^ 11 

' * 1* ■ * ca 

w» 


c ablUt <-l sIj U-» Ji5-1 *^i t/M' t 3 ^ 3 _ 

f Ul ,^.1 j’U J^-* O-jU «> J" 5 t' U ^‘ U ^ 


juis-* ^ • < 1v > f \VS\ tfL U fJi 

cjlS3 j <iLi oj* LfcJU JyxV JjVI >JJIj <s*Ul ^>J o- 
^ruilall ^ <LJL>- ji j— VI Col5 jl . V Uj>j <4 jLlU 

j U .^ l-^ '|jj« J9 j l vij Lo -Jl I * a ^ a $ * 

• wU-J5U 


U ^Sj J L&^-l ^ ^ 

• Uix 


aJ <**u£j jJ Ail J-*- ’ ' 1 -* ^ ^ (j-O 

(jlS t a 1 a • <J1 <jl£ Lfcf. Jj^J XJi »-jj-C- 

JL>- yjl yLy *-*^-* J i3^Ul ij C^— 

0l£ j r UukVl a^UJ; * vl^l - 

»jLo:i j\£ L*5 * jjj-i ^ 

01-a> 4J ■ l >L> 1 * ■;» oLixJlj j-*^' jj-L Oy-jjj 0>— - oji^ll 
(jlS* (_$L3l £X * Aj ®dJ^ A^U-J LfUt j 

,» jLiiiV L*l ^JJj 0^>*i |^' Yl * •’JyS- Jx- U^S-« 

* wi— t^JU-J tjjjJtll UUl l-«lj -ULXliJ 

?U £,\ l jJ l J Aj IS -la yJu jl£ -Ais jaM\ I Lai 

jj\S JL)l aJUj] ^ ( *U»-i jl ) A*j 1 (JL*X^f UaU UmJjJ iSji 

- ^ 1*1* 

IJuij * Lji lx— uL**L- j LA “>i (/ yA t j * -^-ii 

< M >u*~ $ju« r Uii!>U 0^ *^V y* jXVl 

^lyJL IJub La jl • AX^x Jt *5U*V UU» 

iy i ^ ‘ i>LJ y- r ^l 

_ j*> jjii —a ^ i 3 ‘ , t ~ * * ^ ^ 

^ a-ii ~jL- jl OUi*)! ->i- JA - ( r 'VM/«/r» fJ! ) - iv 

• ( 0 * ^ ) f 1 V \ 1 Sr^ H ^ 

jUJ- _ -1 OtJyOt j W*^. ( jUX- ) _ \ A 

j . Lijl IjXr: IS * J*l-i *^>1 ^ j£* ^ } j -*“ Jl 

* ^ <j i T ^ Z>\ y+» Ji-i | y 


jjj [zL wJ r Lai:vi <JUi-^ <J*y l^Uj • I 41- 

^ ^ ( r* u ) - u **+ *** 

2_._^< J oy) o\£j * <*-> a*' 5 ->J^ iS^ J* 

j^iii t ^sw i j • l 7 ^xA\ j L2 j^ « ®uJtj ct'j * ^y* 

* u ~±>\ jl» 4 >« L^U — 1 0 ^ aJUuJL —1 f.y* 0 ^ 

c^\£j u* 

I ..rJ t ; iH" ^ 5 ^^* J 
UH V— Jij jt* v£i]j (> ^Wi-VI j UjJjJl fL-' 

ilil' ^UJU, <*1 Ull J* J^l 

4slxi ; ^ l« J^ 1 J*W ^ — J 3- ' J' 

• ^ ^ ■ * JI <ol SjUI J* oifrj * 1> 


juo^JI (*a^ Jj. J^LJl O^W 5;l"Lj dk 

ji <^i: y> s ^ j2U) ’ 6^ J* $***■ oLS ^ 

• ^ajuii S^— i 0- 4 

LilJl n ■“■ • *^ - ^ <JJUM p^*W' oV *J <j- 1 -“ J - J 

Jj _ ^jl ^>UJl I J 0^ J ^>4^' 
xs otf ^ 

* ^lit J jclIIj ^Ul Ji We ^ ^Liil 

JljcLc-Vl Cr* V ' y ^ ^ <LUl ^ “^ J 

s^UL W 1 ^ Cr^- ^ 





_^3 (ji _ ULJl j4- J* '•** </ a *“ 

I; • rii'j^ ^' J V Jjj 

j^u ^>31 ^ r 

^ L-JJ1 uU4jJI >Ji - J' 

ijf «■*• •" ^ * * * j i| L ** I »* 


_ n 


oor ^ J -A 


r* 


(_J A _ 1 J^O j A__4 t J»UI L&St> A*J I Uui. i <-> 

Vju ploJl tsJ jj uLi*)l flja)! IJU O 2 - sL " ) ' t^W 
wLmj (£ i A * 1 1» JUJI JjijJl Lft J * Cj^aa-i 

M j a « 1 1 dJUb L )j L*L ,*J J * Juju a* I ala ft j. La.lJj 

^UiVi |*J Ch^ C)j $i;t Jj \j^p 

* ‘ i — J ' [^JUu Vi Al<* J 1 jMkJL) y 1 >IaJV 1 ^ 

AJjJl jA u»a?Jl ljj» J uujjJlj 

uJ 1 1 A*J a jjj^Ljdl JJA |*i J 1 

I JJ>- ^ 1 ft inUfc ^j.ii *3 ^3 1 J J-S aIj jlj 1 1 u'j-dl ft JA ^ jj ■ ' (_£ »jJ 1 

liU-u iLfti * (j jlxij ^ L*£L> uL«_jj qu*j J* I 

^ J & -1, ' l JUb J J ~±- ^ j l j * ‘ ■ ■ ■ 1 lS 1 ^ ' ' -** J J3.il a^ J 

j] j ! £ij ( * ■■ 4* J 6d^' <^Lo-j 

* OyLaN i> 

^ ! c— < jJ ' ujjft ^ 0^" "■ - ** ■ I $ ■ Lftl 

aJj LU Z j j-j L-fl-au dU j J*-l ^ ^ Li i ^5LJ ! (J Ayi 1 3 

* LiUl AJk'i I ^ g,ii 1 ? L>- j Jxx 1 jj i ft> 
ft^jl ijlaijilj AjuI ^jojL J>»aj 

«Lj. l .a.>r..fJ I \) AJ» Ja>lj L j£j viUj JoJ <*ift j*UJ I ^3 

* a5XJLL <^\^\ 

* 

^Jjl p}L*Jl j^L jjiJjlJft JaI 

Ajuft I j JuL) 1 jl>- I _jj»Ju jl jju -u*j a^c- jJ- 4 <Jl (jytAiaj I ^SX ! La 

* r iU! j J-Vt 

* jJ^-LuaJl A I jIjaamI (jj» i " «— ■ " yJ (£ J ***u ^S"lj lij 

* ft U-oJJ ,j] AjSLau ^JJl yU JSL JyAi-t 

A-aj-l^a ^ * L a . X — j u*u*u ftjiJi ^ <- lj O^d 

ijjj L^Jii-li SjjUll J* 

JL^aVI ] Ju a ]£ uiy jJl Jo-*-* ji Jyoj * S^J AajlXft 

• AijUl Al^Jui- if£i) *3\j^i 


X) 


<J-® 1 02 — i UU C*x LI 1 l ^ jj^J J ! Ja j Lj ] ail j 

(3 J^ 4 - 1 0^ I jj <ak j _ Aj I J 4-^ L- Lufc^lo SU j j IS J 1 

Q 3 d aj j-* 0 ^ — ^ 5 l^-a j I jax j juJ \ 

Jjljjjj a — a jLflil LiUl 0^ * Ajjall Ji.lj <S j*-} 3 

4 -^-a LS * oLs jj>*x) ) o Ja Oajul <JLJ1 (J ls*J ^xJ I ^LiaJl 
*«a3 (^all l a f*. U * LlUl Sa>ejJ i_4j_tVl j* oj^ai- 

ColSj * JjVi I jLaXi I <X-e» 1 y> (J 

• sS^ 3 ^ lI ^ 1 1 j ti Lj Lj (j a^ L- ^xl 1 1 jxl 1 

OL^L^ jy -Ju»Jl la$J ^i5o J** * '** ^ ' l, r* ^XaiL 0^d |*-* -$ 

^x>o oL ^x_»- “ » - '.'. 1 1 a.»^.S' Lx > jIj^j I oL (jjaJl 

^-ialSXj O.Lj’i ^x)l >a-b i * .) O^'aX. jl AJX3 ijJu> 

* fl Ilf (_£ • 1 ■ nr l"j IS ■ *~» » IS I ^ _ 3 ^_J I I yjj 0 L>%J 4 _Ljb Lj 

a a ft A X Jl-L) (^jjl I JO- ji 1 O-*- 1 -^ 1 j*X- J Ll L ^-l l ^ ‘ . > ~-X 

• Ljl 


L J_) 0J" jlj 1 y IS jS 1..-H-*. 1 1 ?V J* (jl p^L»ll Cr* 3 

j& 1 — *j I j j 0 j .x 1 1 jj IS j! j3V I 0^ LiLi! La^Jl O 4 

L^-i l ., <a-a-i 1 ajkj p^.' r.i (jr^J-L I y* y^i. (*4 J 1 o*xa 

ax>Jl ft*L ^ sjLji : UaAL j\£ aiJ j 

L-a--J jS j\ SaUl aiUj 


0 jjJUaj 1 y IS ij jJl t» *li I dll j (J1 — f.la>- J V i J a'"-? 

Ojj ol Juaxx xi^u_j-f J ^l~JU 6^ 

jjjl^'i ‘CUlU U-55L LiU' i^l ^LJLl 

* *V> 


^>- j 4 ^jL*Xj l?L 0^ oLj IS-fl V 1 iX'l aj aiij 

— _$axl 1 ^J1 4i.ll | 4uw liolai p ^ ^ ft* Ji. ^ ^ f Ji ' J^* 

t. a Si 1 J^S <U tliXa-Vl jl5U ijjJi J J^Vl ISa jU. 

** « * * VP Vt * 

4 j.U«jl 0 4 <j i j jla^ Jl 1^*3 J J ilft aS j 

0 1 *3 — j * Aj_L* S 3 I JlaVl 3 " ^ 1 -^_t fL*— jl 


rr 


^ " r r ■ U*-5 WU 

jU^Vb li> O'—- 5 * o* 

L <Jj ■ ^>>> ^ ^ r> ^ Jta V>^| 

- *z\j^a U1 (Jt- ^uji J ,>' v> r* 5 

a^13j SoLj ^ ^ i> 

L ^_ ^jjl ^ Q^J^ 1 <u.\>J^3 

u , . :.<■ ■ , . -o . ujii.. ^ui -cui o' 

Ji J\ J* J«— i <->^ ^ 

^U~jl Cr* J&\ £— i ^ <> ^ ^ ' 

it ^J, .u >3 sUU 6- C^'-* ^ ^ 

CaiLoS ^UJl t 

j yL ^ 31 • *u ouJ* J^ 1 

"u l* O'jtJ - UU &} <> ^ 

* * i "' t 51 ^ J ^ jl 

* JU jJl J * -4^ *j* 

Ui* j j tf-vi »ijtJi <**-*» •" ^ u1j 

^ UJ. I> JtlyH JiU; &-J U5 ^ .J^ 
ISj • Ui»J 1* jli^' if*** 


'■—- j-> {£ 2' -** tJ ^ ^ • 

IS ^.J^- •*»■ il j'-ai'iL; v'- j l)^* ^ ' a " Ji 

v, Jj| ^‘lil VJ * tjA J' tfi1j iU3 ^ Jl 


eP ^ > ul ^ ^ r' l f r;’ J ^ T ( J\^af^Ti > 

X .»j i -ui t jj» i>* - 3 /-^ - lt ^*f y^ W1 

^J» ^ui j^i> j*w\ v#\9 ^ ^ 

u, us, <v -l^ 'J’i & ^ ( r li ) ***~r 

lit, j Lit M r • u* Jti . r A 51 

^ ^ . _ t tt Uk» <jjJ Jti . J^' IjUi— . »-ujIj 

. fl.'l ^ i.-.Ht J/U>»JI ^1 


_ r 


■ *3 


rr 


juj * 1^>cj buo j uVI (J^r pT, " , “- ^ 

• ij^C ...1 1 aLJl t Jut jUj (j (iLi o,9^ W* 3 

^ jiVI J oj^ Ujjx h*M JU S±> ct \ 5 

I^i j^>JI jj* jUaj’jM CJ^xJ (3^*^ Cw LS^ U'" 

jjJu-» j rJa^ CJ \s ^iJI y^UVI J 3 CJlLil J 

■ O-Ul 

1M j ijjb Uj 

^ *uai osu Jjii *-*j ' r c u 

*r J **iUl 4 J * O^-^' 

LT^J 0-4^' L> * (TY> ( U^J^ 1 ) 

< rt i^u c^j UU! L:LUL- < rr, UL> 

l.-^j <U*M ji-jb j Sj/jU p-'-A' l ~* - r ' 

ot’jLsu fUJi J—- JJ* •>- er ^ v 3 ^’ J -^- 

Jl VYT ^ yA 0 * _ lay* ^>> J W-rt 

Ol-i 0^ »>-— 31 W* O' JjO • t 3 ^ — 0- OjSO Jjk-VI 
O j^jiJ , ( ay* ^ *±-±U» ou^xJi) ^UJI ^ 

VIjU ji~i cijLJl wU 0- U1 _ oi- cr- 3 ^ ^ Jb 

Ua J^.i * f >v*r <-U r\ ^ p->ui *» J* J -£ t" 

.' wiji * r ^ n r* JlS f^' vv 

^Ui*Jl <U- 0l - a y r ^ A-*UI uUj*JI j J> J>^. ( U 5 ^ 1 ) - 

Jij < jMt ( &■* j* $ ) •*** ^ "r ij ■ J u ^,. 

^ J*\ J old <J ‘ ^ <il - J 

^Lw uj li • >^>> 1-^- ^ b -^ 1 r* <> r jU ; ^ 

.jUsll o^ ^ r+r* v^-’ Jr 0 ^ . 

>1 _ ilaxVl UJO^. ^1 *\ ^r' . i; 

. du ^ wiu^xjt 

^y j »jS * 

^ 1 UJ| oU ^Ju- tfjUJi Oiu-Ji ^ Ui * JI ^ U T^| I ijjf' “ rr 

^u- >», . v— . ^ j> Js'*" ' rt 

o^j . j— ' <> \r? * y* ^r 

^y^J) o* >>i * ^ *^‘ ^ ^ 


rt 


• * 1 Lj 4^. J*" J t .4,. ^ (j l£ (_f jJ l yJb J aJ Lilli. 

_>_Il3 <^J| AjUt iojJl !1 a <j JL JaI is\ J ttfJj 

J^»o <jJ l$L>V liUj c5>* ^ ' j*-> yjjJl 

4, j) j 1. j. j j JJ ' J -* i ■■ ^ ... I j * o mL» i 1 *V i m L A . n y-J * A ^ ■ ■■ 

^ (J j£*U 1 J * p4^' Uj» JL*J 1 p ^ A ^ LhJ 

* ^Xj J J ^ I Lfl-> <L j-*-** ^ J^i ^ 1 J 

jiL_Jl SjU £-j L jl2j ^UjJL LlUl jju^») LLx j 

LiUl * ^<6 LjLlL lla-j ojoxJI ^a£^L»- 

JwLfc J <J ^-y) J»Lft VI <j-« Jinil 

fi,>la»-l ^1 / ^ -Uii <lit*J Jj IlSLbJ * Q^fllxll ■Udi- ^ 

* ti uVli J^lij 

*5 ^ L Uu (> t>l j^' Jil yJl cjJu ^5j 

4fl j .*1 Lj J j*.? 1 .' | ij 1 J * <j t \a L-. ,jJlJ jJj (J <. *4»t >. ^ .iii I j I «-A-*J S J*-1- ~L 1 

a a. . I *y \ |_\ j gl 1 <jlx. 0 _jL*j ^ll) jl*V I ^ 1 i a " . i 

2 J > . A^iC j ^ijj Ajlx hjU^I (j-dj V La_Ju U 1 

• lfral.1 

( r 6 ^.-. « 1 c .41 J a V 1 tl ft J-* - J JjJ-i flif. -UjJ Ijii-^JI 

* 4 . ^ I J A 1 I A^l.fl.*.! iJJ VJ l * ~i L ^y.1 1" U i 1 J 


J4 -j*' •••jll A&-. a>-J 

^1* (j| _ 0 \ ^ _ 0 ^ A* i 111 ^ >»4 J>^i J — Y V f ,_/» 

. ^ ^-L I_JL L 0^ <> >* ’*** 

J>j ^ ^ifc 1+.U ^iJ>: >— l«' * j <i-Ul 

* T * \ [j* Jfl' 0 "V \ _ 0 A # ^ j>*& ji^ 1 1 

^.n 0^ j ' ^ ■*** ’- t*b -Ji - l*ift j * 

• ( £*> -a5 

, aj l^ju. LiL ajj-t-»- jj-j y tfL "t* 1^ L«LJ I v-^aj — 

X • T ul«JI J$*U <*liV1j ^y~> y Jl o*- 

^3* Lit (*— i ,>k- Aii Ij , ryr ^ j/jii ^.jU j L:^ 

• ;jja> it 


jSLi ,jj Ujiuu oiiJlj OH 

jl US • ijUl la* £ J* t^ 1 i> '- i --» £***“ 

oly jt ais-u *Lu» l>ta VI <, ^ ,J tfjJ* ••*!'■> j'a* 

J^aiilj • *JI^)l (j Vi 3 * ^ IS.**' OjOjJI L.IJI 

(>J jal oU^x*; SaUa-VI IjJiii* *3jiall <*jl^ J a 5 a- 23 ' 


»b ol Jl "-A ob »W' fcA <j* VI •***' ■**-“ l**'- 3 . 
jl f >JI ^31 JjVI v^-’j 31 r a O' -**ij • '"’a- 3 - J 
la* J yi** ,Jj • WW' ja* ilia^-V U-* </>V ^ *»~ 
•uU "-ujaj yj i <Aj* iaj ‘ V- 1 J' s a* 3 i»i <j' A^l 
>i>r r o_*j (j— * tf^l 5jJa— ^ ^ tH’-’ 1 - 3 

L-. jifl S j J_ii.l i_ SjjisJI »a— «< a 3 "- 33 ^^1 

-jl Jt ,U1 a*y S^U oll-j ail *i 1 ^ ^ r 

.♦Uj Jluj £_l-~VL Sjl—OJl -j C^L.J • UJU»-iJ ala*i-l 

• -$■■*■-* I «j)9lj j j ii 1 ^ jS^i f 3 a!!** 3 1 

,j-_. jSo ^a* 3 ' j-* W e- 1 * b:vi 

a^ -w jl 2U flail j ^A 3 ' a-^l> J* 1 ' s±~~> 

• ^ IjLwJ 1 1 j-» 


jl juii »J* J (^Jo- fliVi ^ili ii^ui jl J'JJ 
• *jx j^i-L v ^1 j-*- i/oii r 13 " (^ 0^ 

■ llj Jjlyi V i-ljw*. J-Ul Oijj C* 3 

i.ii, uu «, oa-~ ^ r'^ vl 

• < rvi ;.;- ll joS ^lAi f*obi o ' 1 oj 3 * ^ 3 -“* 1 
* 11 -.. .. ^Vt l^l^ Oi 33 ' o^'o 3 * J»l I-" 3 


pi Aa— - CA*!- 3 -? 


ijJL U 

•j J< 
a\A ^ 


* Jw 


jUV' 

^ Jl *t-j 05 ^ LtUl '*" 0 ^ 

1 jt i. ji i * <*-hi c*i r-^ <3^*^' 

;...m C^UJ^sJi >:i * <J' ^ r^-- 


y 


r\ 

TV 


n! 1 


pfcjJJ (J t-iL- Oj\**i ^>»Lj j*$j U 

pJL3 • <aj»jJ I Li^Sju Aijiaj til!j jliJju IjJLaIpJ 

* ^ j I^a! j» (j ldla.-»*J 1 I y A^mAj 

^ ji ,jl jaj aja>Jl ^-^U- ijj£ jLiu j 

j Q - - 4j 1 J; ' ■ O, • 1 I 4j jfl" ■ > t^Aj w {J I j-lXJ I ^ d i [? .i j j^jwi A. ^ * .. j 

o't u*^J 

1_« LdbTcJ I _5 ^ 1 ■ “ *■ ^ I _J 4_ui yjj» J i_3 1 , fl i^ ^-J I i^i>J ^* 

4. _«-i Ij Laj >J 3 t!lo LS (j > A ,. 1 1 oJ 6, cAi L«J-fr iiUj ^j*a J— j) V 

• <,A) ir Xljii! 

<j V ^ Ch ^ j-*-* *-**“ ii (J J J^* 3 J 

<aSL*j I 0 ! \am 1 jJ I j LkJLd <>- j J ^ l? ^ ^ 

\ La7 J * (jj 1 J l.% ft 1 ^ ^ l ^jyyUUJ ^ _ fl ft 1 i il ^ 1 ^» *, lx » < *-> 

iJ ,j1j ^C J LuX I L> ^JwUJI J s / a *“ 

1 . i ^ i ** * i * 1 ^ ^ i j f ^ I w j L* l U *aj I bJ# La-L] 

^LuJu ob l »-*-£ I J p L—» u* ^ ■ t-X3 i 

* ( r * ^ La \ j <iJ LoJ ) w jd I i^x bu ^ I j u^jL^Laa^ li L>- 


^ p'k^'AS *j\S oUi, j*-j' ^5 Jij^ ol^ — 

^ a-*j*Hi © j5 j jJi juUjI tJift jfr**l jl t^Uil o-fc^l Jj^iJ * 9 *si 

5,.^^ ) LiL ;j j^»J li^U jSJi * JU5 UJJ L|*U Ioa J>u-l ui> 
jv^r-lj « u-* 5 *"^ (i 1 j* ^ILul ( jLt ^ ,^-U 

yi l^L L*ilj i jj^lL ^ ^ Ij 

, f • a_r • f yjjJI J^UI jJi-l — Ijj- fl A J-u l^yifcl j-i-l o' 

j L-jjj duj^j _ flyv _ oyy ^ t ^ ? < ; < i t i liUa^j 

* rw ^ Ufl*”: »•!• |> L^t> 

ijlSvi < Solti jjjll la* JLm.jI fljj ^ '.»■*»!» ‘-»"ji ^ J -r* 

tJU jl ^1 w '■•* • ■*-»-4-« Cw\S j t Cw ifJjt Sj <*ILt U»L* 

LfcJJjL J-* A-jk5 j-St t*l* <*ioll Jl^a-1 jjjll 

■ 0 \ Y ^ 4. ;^UI uUljX^t Jill * wi-jj Jt Ujiliij 

^Ji *r*ik J *^i *** J*-ri — ^ - 

Jl -tjjaS ^r+ju jlkli- Ol J-jl L*? i <Jl 

l j , jA » ^ Cr* a ■ > «■ :- 0^ </AJt LlLJl ul^J 

• 0 Y\ ^ jl» ^ u1>i- >"• 


rY 


j_jjj ^ - (_? jui c£-u*- j y LiiLil 

,*. l ,U.j l Jbl 5 JU 4 J -1 Ol^j ^'y c^-> J* U - 4 

• dLb 

^ ^xJU \ ^)loiJl O^wM*^ 0^^* 1 " ” uu I <-mJj 

J ljul»j 5 Uj J (*^^"-5 

' * • jL^Vl 

v i CJ JJi o~ v 1 ^ 1 £& 3 ^ ^ r| J 

^Jl^L C :^ 1 ' ‘ W* a3 ' j *o<-Lall 

^rOL LL. CAy -r^ 1 pfej^V 0* 

^ j^ : ’.; tfJJ» dUjJ ud-^— ^ Vi^ 0^ ^ 

• 5L»o L-flU- 

«* * 

^ -.i^ ... jlSJ ^L*- 4^U <c-j^-i Jr* jk ^ y J 

Jj - IjU^I <iJ^fr <> J*W ^ ^ ^ 

jjU ^y yu» ijJi^ J^ 1,3 oi 

• a_»x 3 <-■ ““* • oy~r***^ <y— 

C .<1»1 <j.jv*^ll ^4*- t}* <j>*“ u i iW '"■** ■* 

■ 1 . . U ^| n" .1 ... A . n j Oy^*-i Oi*^ ‘ '-• ^ 

C^il\ j^jJL AiiM o&- oy^i 'y^ ( -'“‘* J| r AJjU ) 
ul ^ ) 41 U • sjjjJ v'j- | j-’-^®^ J 

j j-1 cfl ^ *i r 1 r* 5 ^ ( 0rAj ^ ’-^ ^ U ^'> 
6 j\ j ] 3 *( ( ^ J JJ 0 ^^ jU j f* J ^ J 1 ) 5J -^' 
il r l ~-sl ^ j^l I _>-JL-li • ^ f«| v , ' it J-J' ^j^y~ 

41 . ‘ I A \ ^y sUJI yUi-t {y jl 

* ^ j y^-i. 


iLJl 


plki.1 




#UM .i J' 

uvJ»;t u-jJi ^ 

^ ^ill _ Ji ^ ' jL u* * * * > Wt 3 


jij i L^aj^kJ J 


■_ j l -0 » : 1 0 iJJS Aj lj iS ’iA.l-m Lj 1 

A_a— -£,xh AJjLuLj AjLax! jl VI pjil £-«j Vi — V 

Ul “J Jo-u^J I fjj» ojlil-I-uiV I ^ A^bJlj A>-^>- j j j 

luUUU Lo^” A 1 I <1 T 1 1 ■> i >-«-*-. r .J I \ t \ II. <M \ I .A <*J jju y^S * £ Lx_iJ 1 

olS" j£ <, j*A\ ) J1S31 V ^ oil aJ^Lsju 

JS Aj ^a-Jl$L j 


wj \ j-t V 1 9 1 J-fr O' J jV I OUJU J*xj I jl i J -fi Aj i ,/i 
JiSj ^ ob ( trX! J» J>b ) j.*—* alojU jlj jJ 

» o^-5 ^5Lcj 0^ ^-» V Ujlj UUI I Jla ^Li_a 


A J J^vJUl AyJC jl J I pjjl « i Aj A^, Ij I Ajl 3 .Jj Jj 1-4 J 

^Suj ^ i laT !•■ i V Lii i • AJ-» ^ (jb^S c) J ■ ^ *~ <« W 

I J J (jLi I AiL> AxS-b w\3 La 

l j m L a] i^iju 1 aJ < n 1 ^ a U x J l £ ->-& aJ 

AJL^t j-»J ^iSL jl£ V Jj-bJ' AJL>sj> 

■ t . £ ._ j ^-4 i aJ j _$ Aj I J,ll».> >] j I A k .a», . I'.J I 

Ajflj^jlsij ^ fiLi—Vl Ji- J>*i 6 ^ Aji Vi — L»>*x 

^ « l '% jxjJ 1 <\a AjlIxJ ji Aj IA^xJ ,jS-k j V '-- , j-> V A.^.o-1 -^i 

* Wt 5 *^ 


A-_ili*^ wl jii (j la lib aLIaJI c^IjI-uVM 3 

^lLi -,1 -3 i _ aJ Axj ^r-aJl yUl Aj L»j> Jx j-o L« 

|jy* <J a^w jl Jl^vi AiUiL <r,) ^l ^^xjt jSliJI .>1 
t\ jy\ ^ ^ ^JJU L. Ijs 5 ^IjjVI jli A^U OiJ> 

* li JL> AxJLXjI I (j 1 «aJlaJ 1 jxj 


jIj ^1 ^3 ^ ,>t r- ■ ^ yj*JI Jfll J r^bjl J^. _ 

, Lit jb^ A* 4 K *U 1 -*>i ( i^ L ;L -lh ) UJl 
0 ois 1 *ui j> ( I'vr ^ Ufl* : > o-ifi> ) 

* Li I Lj 1 Jt i : „*~ 3* ^ J** >f ' 1 i I a j-C-L. Uj ^'1 Li i ml ' 

J! ■■ I- y A - a & j LlLJl »Lj- iji Aa*i j j-£l V^^Uj Jjjj 1 
* 0\ \ _ 0\\ ^ AmJQI uU^I j L r/ 


!^a3 UoiUjI <8~±j 81* 0* 

I^IS ui »^» ^ o' i^i • ^ jUV ' "! 
i -.I . **-« ^U* i> <•**> 0,0)' 05iUVI ^ u^ 

’ uTjljJ US V 1 ^ 0*, r 1 J ' T^ 1 J > ^ LJl $ 

oT<lLi v/- LOi ‘OJ' 6 J 51 jJS 

,L_^|J *jj>)' r uvl u ^ ° Uo tf 11 o1 J rt J . ,., 

> ji ** ^ j ^ Ul c, ^ 

i ,> ,u-ii oA oi >'^> J* -e*-*' laA V J> “~ 

l>- - . . « OL.U ,Li- SiLJl 

u ; ol3 OijU, UU ■*« V • _ 

; ;.|.^ u jil*- jU*LJ & *>>; jl O 5 ^ >-> 

Cfe^UI, 0*LiJ> • 

n '. ji. Uj ol U|1L> ** jU' ^ ^ . 

> Jl WlLjb J^\ 0* •** J ‘ ^ J* ^ T-j.^ 

^ jii Ui. jM\ 8*l« ^ O' ^ 

^ tj i^- 6,0)1 

n ugi iUlS.1 V 0) Oil U*h V ^ Wl ^ 

<±.\ 5j U. jUI jA > v)* 1 - 1 ^ >3 *?~\ syi^jiTv 

/ JUI «U1 *.£> ^ ^ V u 

^ u <Jui I>1 <W ^ t 1 '^ ,‘ J ' J ^-j| 

^ ^ *l“] ^ IS oVUi>Vlj oU5yJ' ^UajJ 

j ’ 0 <UJ^ ^ ' * 

p j y ^ - 


JJ531 V ! A “laAj J A^jJlJl JojJI jA 

* AjJJl jJl Aij^LjXj 

Aj I J <Lu* ^4 Jl*-4 aJ y>. jl I fl»ll 5L*l£ LiAji p£> 

jfr£- JJ f AjjjjJl 0>*JJ ^ jjA j 'jlj-t £-Sj 

* f I jmuuJ I ' O jL*^J I J A^lil kJl Cs\ j* I _yl I {j* A3_j>j 

Lt-jJ i J Olj — j C « *-^> (j U' J' »j\j \ a * js\ p£-JJ 

• L^j ( j o o ' Cl x J I 4L1J jlS” ^iJ l 

a> Li t jA o5 1 sVLjj^LI aj 1 * h > aJI jj 
( jt. VI (j-' <^1 Aijj' jJ V SjjLLaj AlLi- 0^ 

0^1*1, (^U) Jl <5>ii J*- $1 jHd V J|i #l>*1 i3d> 
Ji.t.5 uU jVl £-*Ij >»J * A^x-Jl LlLuJl J (3d -A* ^ 

(jjj x* a^So^j o I jit VI Jl j-t jj L^jU. (J yA LaS Ajjvil! 

1 iLJl jjul 1 jloJ I flu— i-Ls * (j Lu>V ' 

(J J>»-ij (J* *-*0 j -u jJL- ^?-L». ajo^Jl 

Sj> J jjl (J O^Oj L« jiU Jjl j£ J* ' jL-^-» I JJ-r^ 

- XJ» ji 

* ^ 

l^fei ju j jJj 1 * Li> l |*j j i La^j Li A^Jul I j L*J 1 L* 1 
I jlu-il o'^' O' >*V1 1*1 i - dUJ5 u'j^ L^a ^ £^-J' (> 
jjc- L<-^.<> ..I j (J lA*j» jJ La^jU y*A ^“-Oj 

itUJu ^La2JIj L^i Ji'ji" d 

aJU^l-,1 O' j — 0»ji 

qU 3,>>.« d 0^ <JsL»i-«VI ojjjJp3 

U:j^5 aJ jj JtSI CJU ujj <iy*l : J' ^ LllJ' 

• W^l 

^ c^Jlj l. Ija[J\ oljUliVI *aA ol 

V 0^' i3'^i 0 J^i — ^L^ f^Ss- 

a,' (/^'"UpJU ^ Olalll Uj yJj3 (/Li ^ Vj 

l^k ^ JsJi <,^Jl fUliL dl OJJ j'j^ O'^ij 


1 jjuu JU 3 - ^ J* O ^- ^ 1 W 

• <rr) ^>i Juu 1 »>j ajai- aitj& o 5 J* -** 1 ! J 

S^U-T ...VI ^ \, J^i 

uJUJl t_iU- oJu J ^jdJl 5 a* l— J j^l-cJl j£ 

^Jjl Jijl Sjtfl ^ SjUi-.VI '- 4^-5 

jj. j\ Lis! j L^i-Ji * dl yVl *S^ L^y' o^" N^Jd 

. — ^ Jl UUl jLja: j -A 1 ^ ta * ^'- 3l * Jj5 

o!j Jaj <L^ <>i l*J jv^ ^ ^ t ^ 1 cl > 5 

^^SLaj j L^ a l^ L J 4 ^Uj J^w JiU- 

C^J J-Jl5J1 *j **j uivM^ 1 J* ^ 

LxIjCL* O ^ Ali*« o^-»Jl J^3 *^ } s Jj-®d 

• ( rr )^D 
* 





^L ) yi>J! c* ij>-^ ^ ^ ^ J 1 U !jUV ' J“^ 
• r*t ^ t-OuJf JfM jJ*- 1 * ^ ^ 

j u^u li*J J ^1 juJj *-** <j’ •** L *" 

^ ( _ y l3— s^UL Lt— . ^ ^ ^*“ j! r 


_ rr 


_ rr 


-M u — »J' 


JjLi> <U- *>J - u~M-^ J' 


* ji _»lUi LI* J ^*-*11 l^'j - </* O- V 

/u Lit* Jjl’jL —1 ^ (■*** •> 

r ^‘uJ^t >ii >1 • UjUi <3 j-i fW 

I OU«Jf5 VV „ V- ^ iJuU^t SjM.'ilt ^ jUf'J 

- ^ ‘ . cn _ ^ 


tr 


rA 


i X * l\ 


rr « n 
t\ 


rA 

rA 


flkfaLsi 


i- 

-L»j)U jl 

rA , 


ir . it < i- 


ir . i\ . i\ 

;w» (tfij) ii- 

n < rr 


rr 


n « n 

^ 1 (jt^.r.!. nr 

: rA « n , ri , rr 

. > »■> 1 jT-i* ••■ 

n , rr 

L? {J * ' < A » w 

< r\ < r a , rv . u 


r- 

d J JAt {£ Jywv 
— * 

n 

“Ujm (_£ 

. rv , n « u . rr 

■ 

JJ ^ lit 

« rv , n , ro , rr 


ir , i- 

jUdJuu 

n 


i- 


n 

Ul£ 

•» 

n 

L Li ■'L(L>u> 
* 

r* 


rc , rr , rr 



Ojj |»— VI l4*> J J) j»ij jl^l ^ * 


ir 








































































rv < rr . n 

,rr 

iS 

m 


it 



H 



t* 

L«jj 

i\ , rr . r\ 

<r- 

1 

rv 

,n 

• * m 

AjUJUu 

m 


rv 

y. m 

rv.ro 


, u < rr <n .r- .rr.rr 

,rt 


, t\ , i- , n .rA.rv.n 

Jo 



ir 



it 

jiji 


rr 

AJ 1 


rY 

.m * 

• 

n 

.rr 

2 . .*i : * 

m 


* i Lfci :jj M 


iO 

















: ( wuUI dj Ja>\ J — 1 

— ^ L>- jJlI l o I — t wjjJl I ji* j'b j yojJl J 41 U h 

_ <*J UJ I <*JaJ I «. LJ M |jJU I jJU 

l ( juju i iiWiH JLt J $£ jJ I _ V 

* * ^ L.t J ( j^*Jl LIuj o* ^ jb # 

* j* \ V ^ T . c> ^ jw joL^ jb — l*JJ 1 <uUJl ol j^.t> .,* 

: ( ^ ^ ) & - r 

_ jJlI I < a * S l < ol j j. ? . 1 1 < i Um! j aJL jZ Jl J I |*£> jl ^ n 

* >\-n <u. ojjjj chXJJ jjbJi j*m ljji - LJ ^jli > 

J | L-,/ ) - t ^ 


4 


_ I i VA 0 * jl ^4 L t jpU » 

\ .U ^l>- ^U >JI jb ob^ 

: ( jjUa j ) ^JJ^; 


9 




j-*** * * u*4- J Ll >**“ rt 

* jU |V> j j L 1 _j~L I jj# _ ^ l*- ^Jj ! <LL o I j «. * 


)b 


: ( JjU) 3jb — *\ 

. jl^l ^j^SlII Jl - fr Jllu Lk» jJ ( « A^JJt i^LjyJl » 

( r "^vr jl^Lj ) _ lj LL _ ^u>Jt 


tv 


J&* 0- 


Ul 


: jjJTU 

JLi LL^V! oVJl i 


_ V 


iJ* 


• f 1MY ojj- - Cfii^JJ pUll j'J ^u- 

: ( Jj-*- ) 

ij* ^1 i v^*ll u^Mj^ * 


- A 


_ ( _ t L*.*jl S f 


3 ) t'Ul j-* 




H _ WUIjiJI <*J" - *"111 <A4WI 



, __ R VADALA, “Essais sur l’Histoirc des Karamanhs, Pachas de la 
Tripolitaine de 1711 & 1835. 

Revue de I’Histoire dcs Colonies Francises, V1I/2, 1919, 

2 SLOUCH (N ), La Tripolitaine sous la domination Karamanli. 

Revue du Monde Musultnan, VI Sept. 1908. 


tA 





































































\ . 












































^ f m m3 / 

‘ < Vt**r fill* fi * ** 

JUIA 

*. 7( '/ A /yfi/r« ut -&* (*<*+“ f ', 

l f 4 y 

/ ./ # ^ )g AA^/f * r 4 r / /O T t f J 

if Hf**/*t** lt4 'T t*t*M € 3 

■\ , J . / _ r+iijl* ^VA 

‘J w ^ 

««.' <«<-"/>■<'•> ‘ 4 ‘ V" J 

/.„ ?,«+ /-.fat***- $' ^'^/y />"■"“ 

S)„ 

/ ,/.,,, / “" A ^" y ' ^ 

f m<t i * y 


33 



/ ^ vfoistl 2tt /f. UfHl yJi 

£a ta.uuXM.Uf Jesuit t~ ItJuprCu 




4 I 


'MM *uDs 


\ / Jf 


^ / % V* ; 

y'j f< manly Ju-caJa a *jL\h*+tf4 J&tM 

J<nt pin*’,** Jwr It ,/** 

% /' tn* cZ-td/lfUU* Hli/ jtfrt CtHl ( tty U4*t/i 
A*. Ji- Xt~4 l Ji+tt /u yiHJ.-bjntu. C0it,*?'t' * 
au /ww4<#« - atlll d wtbfyia < 

Isl. ; *T Jouausr v 

J+, & nuh jyytjHi{*KJllhL $Mttnt Jt4 JiytJ* , 

/ 4u 444+ € pi b* lIinxliAUJ 

tru. ftruij Aujinu )l luL. .Hit /tol 

(HaS^IST ^i+ t4C<. y/ 'UtMpfiMd J Ufit UlCU t - ft ^ 

HiAu^ / m<i<+ t4 * yudyu* -JvrA 

*4*4+144*4 ynsr ^ C^uxl f u * h C+U.4 ****-- 

& t^JUuAUt 3 e+ C+tnf dibosi** 

){ *m*£*»’' 

due iifbujA %ui*\n<)e av,>< 


32 




i 



C ? a tit atilt/ 

«• v 











* 



31 

















index DES toponymes 


. ■ u r.-dessous qu'une seule fois par P®*' 

N.B. U mol nest signal Ci-dessous H 


Bengaz. 

n-21-« 

Esquif. 

19 

Fezzan, 

27 

Golphe. 

23 

Hammamel. 

25 

Messie, 

Mesurat, 

23 - 27 

f 

22 

Monastir, 

25 

Russie, 

26 

Sahal. 

21 — 23 — 27 

Scio, 

17 

Sfax. 

25 

Soussa, 

Tripoli, 

^7 - 21 - 23 — 24 - 25 - 26 - 27 

Zamzour, 

27 


29 
















INDEX DES NOMS PROPRES 


N.B. Le mol nest signale Ci-dessous qu'une seule fois par page. 


Ali Caramanly. 
Amaouts, 

Bey (Dcy) d'Alger. 
Bey de Tunis. 
Capoudgi, 
Caramanly. 
Duquesne. 

Grand Seigneur, 
Hagi Salem Aga. 
Khanznadar. 

Kiaya. 

Mahmet Pacha. 
Moustaiiha Khodja. 


15 — 7 
26 

26 - 27 
26 - 27 
26 

25 — 27 

17 


23 — 26 — 27 
22 - 23 — 27 
21 
19 
17 
21 


Nouailles. 
Sidi Achmet, 


22 - 23 — 24 
17 — 18 — 19 - 


20 — 24 — 25 


Sidi Ahssan Caramanly (Hassanl.17 — 21 


Sidi Ali, 

Sidi Amoura. 
Sidi Hassen Bey. 
Sidi Mahmet. 
Sidi Yousseph. 


23 — 25 — 26 
2 ! 

17 - 18 
110 

17 — |g — |9 — 20 — 21 — 23 

24 - 25 — 27 


Soliman Beni, 
Tripolins. 


20 — 21 

21— 22 — 23 — 24 — 25 — 26 


27 



























sa couraaeuse perseverance ur trone que la faiblesse de ses moyens ne lui 
aurait jamais conquis si une 13V prudence 

un genie vaste et souple ne lui eussent assujdti la f f rtu ^ ^7 9 ® t ^L r lL a 
d'une annee par un peuple entier, reduit maintes tois pendant cet in ter vaiie a 

une disette absolue de vivres et de provisions de gueri r ®- f j®) 1 e LK 
a craindre des trames internes que des enterprises exterieures, (F^ ), 9 

dedTvoreren silence les menaces et les injuries mmvB U wnart 
vomir sous les murs meme de son chateau, ne devant son salut qu a sa negh 
aence et a son imp6ritie, il suit son plan avec une Constance .mperturbable 
KSafi qu il ne peut reussir que par la seduction. II ne ndgl.ge aucun moyen 
d^divlser les chefs et de se les attach* par des promesses et des largesses. 
/38 / || regne au dedans par la terreur, au dehors il dispose, par ses bien ai 

a reconnaitre son pouvoir. Lesanciens ennetnisdeSidi Yousseph se rapprochent 
de lui. Hagi Salem se met a leur tete et remporte a Zamzour (47) une victoire 
qui semble oter a jamais aux Caramanly I’espoir de rentrer dans ieurs etas. 

Le Sahal et la Missie sont, ou semblent 6tre, soumis et meme desarmds- Los 
Princes, obliges de se retirer dans I'int6rieur des terres, ne pourront plus 
qu'inquieter la campagne, intercepted piller tes caravanes et ruiner ainsi le 
commerce de la ville avec I’irterieur des terres et le Fezzan. L imposibilite de 
les soumettre et la necessity de remplacer un vide aussi considerable obligera 
le Pacha a armer des corsaires et plus d'une republique sont deja menacees 
de la guerre 

/39/ Des succes aussi brillants ne I'affermissert cependant pas encore 
d’une maniere inebranlabie. II n’est encore redoutable m pour le Dey d Alger 
ni pour le Bey meme de Tunis qui ont un interetegai a s'opposer a I accroissement 
de sa puissance et qui profiteront sans doute avec d autant plus d ernpressemen . 
de la liberte que parait leur laisser a cet egard le Grand Seigneur qu Ms sentiront 
la necessity d'aneantir dans son enfance un concurrent qui, chaque ) 0 ur, 
deviendrait plus dangereux. 

Les Princes sont et se tiendront constamment a portee de prof iter de 
toutes IM d”posiSors et de seconder les mterntents que era dans pau 

'pr'rro^^ 

et une expulsion dont I'histoire de Tripoli fournit des exemples. La te * e 
Prices ^t seule, en un mot. I’e tabl.r solidement et jusqu’alors son trone sera 

chancelant et incertain/f. 


47 Djanzur, Zanziir , se situe 4 1 5 kms environ rfe Tripoli. 


25 


un firman inutile, et le depit d'avoir M trompe par ceux des Tripolins qui I'ont 
engage ^ cette expedition en lui faisant .croire cette conquete aussi facile 
qu elle lui a paru k lui-meme dans le principe, Comment concevoir, en effet, 
q u il fut venu a Tripoli avec un nombre de soldats & peine suffisant pour la 
garde de sa personne s'il rTeut pas cru $tre attendu et, generalement, d6sir6 
U compait sans doute sur une prise de possession paisible et non sur une guerre 
dont toute sa prdsomption ne saurait I’empecher de redouter Tissue, 

^ ra n2?J e 5. OUrS part , ie 5 qu1j a ^us^different intervalles ne portent pas le /34/ 
caractere d une protection ouvertement ddclaree de la Porte Son frere Vice- 
Arraral (42) a pa, en prodiguanl J-argent. lui faire daubntplu, Meron SL 
■ ecrues que les Turcs sont aisement attirds par lappat de P |a fortune dans un 
pays nouyeMement conquis; et qu'a I'exception d'un corps de cent cinauante 
Arnaouts (43) qui sont venus avec lui et qu'il entretient a grand frais ses autres 

c^tT“nuS7e“ n paJs amaS d * aveu " uela du pillage 

Son credit n'a pas sufft pour obtemr I’envoi, moins disoendipnx et nine 
impoeant rfun Capoudgi (44) ported, du Costae (45). l 2 goiS des 
pour le faste et la representation ne peut quetre extremement blesse oar 
I omission de I’autoritd; et le Grand Seigneur, en refusant une faveur si 
n^cessaire et si commune /35/ paraft n'a voir donne que son consentement a 
I envoi d un nouveau Pacha a Tripoli, a ses risques et perils dans la supposition 
ou le mecontentement de I'ancien gouvernemert fut assez genera! pour que 

iaz? 1,3 ■" d,oppo * n de ss 

mAnan. V ' S de squels ,es d( sposrtions equivoques de la Russie lui prescrivent des 
menagements. consentira a des levees et exportation 

dans le temps ou II peut avoir le plus besoin de toutes^s mFX! 

la seu e vue de proteger un honine qu'Jf 

son mteret de trailer en aventurier ainsi qu'il I'a fait jusqu'a mi present. Q 

Ne lui convient.il pas, au contraire, de punir les temeraires qui ont os6 

dp b martrp hI PreSentant co ™™ e unanime le voe u bes Tripolins de changer 
H d S 0 }" 6 '"®"*"*? 0n P«<t done rdduire les ressources du Pacha A 
protection de son frere. base peu solide, puisque son credit est necessairement 

Hl e S’r r L danS Uf l flWJVe / nement aussf arbi1raire la Porte et que I'immensite 
de sa fortune est un presage presque certain de sa chute prochaine 

obs.ades, r TOn1ond°toijte5 

42. C. Cl. Feraad, op. c, p 291 a, R. I*** * «*. p m *, ^ H <N>(t 
Oe 1768 llSly^apancte™. 5 ™ 

44 at.SSa 1 * 1 **»* * da 

45. Costan, pour Caftan (du lure Xofran) 

46 -"*a.^ h p 8 a- D si fst asssi 1- - 


24 


Leur nouveau mailre partage leur delire. [En.vrt de latalitt desaconquSte 
it ne voit Doint de bornes a sa puissance future. A la t6te de deux cents 
Yoldacks (39) et d’un nombre k peu pr6s egal de Grecs, il ne se propose | p 
moins que de reprendre sur les Tunisiens, Sfax, Soussa, Monastir. Hammamet,] 
(F. 294) les villes autrefois dependantes de Tripoli 

La presence de Sidi Yousseph ne peut etre un obstacle k de si vastes 
projects mais la prudence crdonne de I'eloigner. et il se fait honneur de sa 
□enerosite en lui /30/ destinant le gouvernement de Bengazi. Sidi Yousseph 
feint d’ accepter cette offre. Plusieurs Chefchs viennent presenter fhommage de 
sa reconnaissance et de sa soumission. II fait accompagner ce message 
nromettant d‘un beau cheval et d’une belle negresse (en) promettant de se 
presenter en personne aussitot que la fatigue et le ddsordre, suite de la 
nrbcedente guerre, le lui permettraient. Ses adroits 6missaires gradeusement 
cong6di6s lui rendent un compte fidde de ce qu’ils ont vu. II connait la faibles- 
se de son adversaire et se pr&ente le lendemain a la Mte de toutes ses forces. 
Sidi Achmet dirige les operations. Ces deux princes, unis par le malheur, trou- 
vent dans la ftddlite et le devouement de leurs sujets la plus douce consola- 
tion et I'espoir le noins chimerique de leurs succ6s.] (F. 294) 

Cette guerre nest plus une simple concurrence de partis. [L'ambition, hn- 
teret /31/ particulier n'en sont plus la cause. C’est pour le nom de Caramanly 
qu'ils combattent.] (F. 294) C’est a leurs Princes legitimes quils se devouent 
qu'ils prodiguemenl leurs biens, qu'ils sacrifient leur vie. Ils sattachent a eux 
par le sentiment de leurs propres bienfaits et vouent une hame implacable a 
celui qu'ils regardent comme un usurpateur. Ce noble et touchant enthou- 
slasme se propage avec la plus active c6!6rite. S/d/ AH semble n'ktre venu que 
pour cooperer a I’eclat du triomphe de ses ennemis. II est bientot oblige de se 
renfermer dans la vllle en attendant du dehors una armee assez considerable 
pour rbunir (40) ces pr6tendus rebelles. 

Les Tripolins commencent a se repentir de leur imprudente lachete; mais 
leurs chefs qui ont tout a craindre du ressentinnent de leurs anciens ma'tres 
les encouragent par les plus brillantes promesses et les I32J contiennent pa 
la su"JmLce la plus ngoureuse. Le nombre des Turcs s'auraien (41) msen- 
siblement tout espoir de retour leur est mterdit. Lasservissement est le i p 
mier chatimant de leur perfidie; et l impossibilite de se soustraire aux malheurs 
quf leur restent a redouter, les rdduit aux consolations de la predestination. 

Sidi Ali oppose b tant d'obstacles une fermete in6branlable. On ne ! peut 
refuser de I admiration a sa conduite soutenue et adroite dans des c, ' t c ° n ®* a _ 
res aussi difficiles. a I'art avec lequel il tire parti des momdres avantages, 
il sait contend et s'attacher le peuple a I'activit mfatigable avec lequelle 

surveille tous les mouvements et dejoue lous les com Pj ot ® . . ri Arabes 

Toutes les resscurces paraissent a present epuisees. L ammosite des A a 

s’est accrue en proportion de la resistance /33/ de leurs x exces 

^ucces ne couronne pas sa Constance, on ne peut penser sans fr6mir aux exces 
auxquel^pourra le (£rte- te desespoi. cfavoir sa 0 « sa fortune pour obtenrr 

39 Les Yoldacks elaienl des flibustiers turcs selor Feraud, op. cit. p 293 ow a copie le texte f de i not se 
maouscrit en subslituant l expression pr^cedente au mot ttirc Yaldash (camerade mann). 

40. Plutfit que "reunir". ecraser, dispenser 

4 1 La phrase est corrompue par le copiste. II est diH icile de rendre ce qui manque. Lire dventuelle- 
' m ent "le nombre des lures saurlent que tout espoir de retour leur est mterdit . 


23 


marquee de la providence et se livrerent sans resistance au nouveau maitre 
qu elle leur envoyait.] (F. 291) Deux cents turcs s'emparent des forts, [Tripoli 
?nJSn, de ™ a < lr ® , et de Souvemement avec une rapidite vraiment magique] 
(T- 292) Inutilment le Pacha donne ordre de se detendre: Les chefs du Pays ont 
JJjf re 1 ndu ho ™ ma 9 e $ le ur nouveau maitre Le peuple suit machinalement 
(35) cet exemple; et ce malheureux prince n’Schape a la /26/ mort que par une 
time precipitee accompagne de sa famille et de quelques serviteurs fiddles- 
dechu dans le meme instant du tr6ne de ses anc§tres, Vehement trahi 
ignommieusement proscrit. [Cette mSme horde des Nouailles qui avaient le plus 
contribue a sa ruine mirent Je comble a leur perfidie en le dtipouillant des 
debris de son ancienne puissance] (F. 292) La compassion dont on ne peut 
se defendre pour un enchainement de malheurs si cruels et si peu mdritds 
n est pas moms vive que I’admiration pour le courage qui I’a fait y survivre 
(fJ arriva enfm avec beaucoup de peine a Sfax ou il fut recu avec les boards 
dus a son m6rite et a ses malheurs] (F. 293* 


lormAae ^~S munic ~i? n w entre la vil,e et la cam P a 9ne dfaient si 6ntroitement 
fermeos (36) que Srdi Yousseph ne put Stre ni (37) assez /27/ exactement 


instruit de toutes les circonstances de cet 6v6nement La fuite de son pdre 
qu’il apprit trop tard lui fit croire les forces du nouveau Pacha beaucoup plus 
considerables qu’elles ne I’dtaient en effet. II se reduisit k se maintenir dans son 
poste avantageux et a attendre a se rGgler d’apres des informations plus pre- 
cises et les demarches de son adversaire. 


Sidi Achmet voulut suivre son pere et il ne le quitta qu’apres I’avoir vu en 
sQrete. Ce premier devoir rempti, il resolut de se reunir a Sidi Yousseph pour 
reconquer le trdne de leurs ancetres, II ne craignit pas dans cette vue (38) 
de se remettre a sa discretion II le fit prevenir de sa prochaine arriv6e, lui fit 
envisager combien il leur importait d'abjurer tout ressentiment et de ne pas 
compromettre plus lorgtemps, par une fatale division, / 28/ leurs intents les 
plus sacres. II suivit de pres son message, trouva son fr6re dans les plus 
favorables dispositions. Le commandementlui fut unanimement d6f6re et, depuis 
ce moment la bonne harmonie n’a plus 6tG trouble. 

Pendant cet intervalle, le nouveau Pacha etait monte paisiblement sur le 
trdne La soumission volontaire et absolue des Tripolins lui promettait un rdgne 
tranquille. II crut que le moyen le plus propre a les maintenir dans ces sentiments 
etait de leur annoncer un systems de governement entierement oppose a 
celui qu’ils paraissaient si peu regretter. La doucer de son prddecesseur fut 
taxee d’indolence; il leur promit une severity infaible. La consideration dont 
jouissaient les Chretiens lui parut une atteinte a la dlgnite musulmane] (F. 293); 
il resolut 1291 de les replacer a une distance convenable. [Les Tripolins, nagu&re 
simples, doux, heureux, rougissent davoir meconnujusqu'alors leur importance, 
s’en dedommagent en nouveaux parvenus et ne mettent de bornes ni £ I’exces, 
ni au ridicule de leurs pretentions.] (F. 293) 

35. Chets du pays, probablement une traduction de cheikh baladiy/a, mats on dewall employer 
tesmgufier Suivant une lettre du consul Bellato datee du 30/utHet 1793, R. Micacchi, op. cit . 

P 127 mdique qua c'est cet official qui persuada les citadins de se rendre plutdt que de suivre 
les ordres de Ail Karamanli et de roister 

36, Les communications .. .6 talent... avec le sens de cot/pees 

37 le ni est de trop* ou bien une autre clause introduce par un second ni devralt suivre, 

36, vue avec le sens de circonstance ou affaire 


22 


qu'independam merit de sa liddlite et de son courage dprouvdes, il dta« 
personnellement ennemi jure de Sidi Yousseph par _ce qu 1 aval <9 

dp la manure la 1231 plus cruelle; mais, Sidi Yousseph dominaft tenement aa 

put rassembler qu’environ quatre cents chevaux 

et deux cents pistons a la tetedesquels il pPnetradans le village tres considerab e, 
voisin du Sahal Messie (271. esperant d’etre soi^em par le reste delacav^ 
Le Dlan etait bien consent! et la courage avec lequel il fut suivi par Hagi baiem 
aurait oeut etre rendu cette action decisive s’il n'eut etelachement abandonee. 
Les Nouail es resterent dans I'inaction et le laisserent pendant plus de quatre 
heures expose au flu de plus de quatre mille Itommes bien retranches. H se 
vit enfin oblige de se retirer avec une perle considerable de ses gens! (F. 289) 

Cette malheureuse defaite repandit la consten nation et- product un 
ddcouraflement general. la perlitie des Nouailles taisad »/ mur m urer (sO 
hautement que chaque instant pouvait produire une sedition. [Sidi Yoj ssepti 
touchait au moment de voir le success couronner ses enterprises Q^and 
I’^vdnement le plus extraordinaire vint confondre toutes les mesures et °P 
momentandment une treve] (F. 289) a laquelle a succ6d6 une guerre encore 
plus sangtante, delaquelle il est impossible de presager encore la durbe et hssue 
mais qui indubitablement consommera la rume de ce malheureux royaume. 

Tel 6tait I’dtat de la ville lorsque la vue de sept batiments dont cinq portaient 
pavilion turc vint faire diversion et ajouter la plus vive curiosity ' ® 1°^= .= 

sentiments dont on etait agite. Cette petite escadre mou.lla dans e port . de Tripoli 
le 21 Juillet 1773 (28). La chaloupe du Capitaine de port qui eta,t a ' e 
formations fut detenue, dans un instant toutes f^fdu 

vinrent a terre Un Chaouch (29) lut au divan assemble dans la golphe (30) du 
Biis (31) de la marine un firman du Grand Seigneur (32) portant la destitution du 
Pacha et la nomination de son successeur Sidr All Cy (33), devant Vessil 

Hogia Alger (34). 

Les Tripolins fatigues de la guerre, plus encore effrayes de I'entree presque 
certaine de Sidi Yousseph, ne vinrent dans cet tenement qu une protection 

27. M/ss/e ou Mens/a, oasis de Tripoli extra murus 

28 La date n’est pas exacte, il s agit du 29 juillet 1793. Ct. R Tully. op. clt. p. 319 qui est suivi 
par lous les autres 

29. chaoocft ou sergent d-armes, representant le Sultan 

30. Golphe du turc go/fa. appartement surdleve. Cf. R. Tully, op. cit., p. 369. golphor ou pavil o 
ou se tient le Rais de la marine" 

Tully note bien que c’est le pavilion du chef de la marine, 

32 Le Grand Seigneur, Sultan, a istamboul dtait Safe III. 

33 Sidi Ah nomme aussi Bourgoul ou Alt ben Zoul (R. Tully. op. ciL P 320LAH 

Wati. op. cit., p. UO 

34 Vfessil hogia = mkil aMwrdj. charge du butin salon el-WAfi. op. cit., p. 140 note 136. salon 
E Rossi op. clt.. p. 256. fonctionnaire de la marine. 


21 


[Assure des dispositions du Sahal, il se presents et est acceuilli avec toute 
la joie qu’il pouvait desirer; mais, ne se croyant pas encore assez fort pour 
attaquer la ville. il marcha vers les villages voisins qu’il soumit sans beaucoup 
de resistance. Maftre de toute la campagne, il commenqa les hostility avec une 
vivacite accrue encore par le depit de ses premieres delaites) (F 287) (22) 

Une attaque aussi vive et aussi tmprevue excita une 6pouvante generate. 
Elle etait d autant plus naturelle qu'mdependamment de I'avantage du nombre 
et de la position de I’ennemi, on croyait avoir a craindre des intelligences que 
I'on s’attendait, a chaque instant, a voir eclater, Les ordres prdcis du Pacha, les 
moyens de /20/ defense auxquels il eut recours sur le champ dissiperent cette 
defiance. [Plusieurs hordes d’Arabes (23) accoururent a son secours et leurs 
premiers succfes se seraient soutenus si la mesintelligence ne s'etait mise dans 
ces troupes auxiiiares La horde des Nouailles (24) qui etaient venus au nombre 
de h uit cent chevaux, fut la principate cause de ce desordre. La ville n'etait pas 
pourvue d’une quantite d'orge suffisante pour une aussi nombreuse cavalerie. 
Ils etaient exigeants en proposition de la penurie. On craignait, a chaque 
instant, une revolte ou une desertion qui dependait du retard des bateaux 
que Ton envoyait a grand frais sur la cote et dont I'activite de Sidi Yousseph 
empechait quelquefois le chargement malgre le prix exorbitant auquel cette 
denr6e 6tait mont6e. Ces troupes sent obligees a un service /21/ gratuit de 
quarante jours, c’est-a-dire, que pendant ce temps elles n’ont pas de solde 
reglee et, qu’apres I’expiration de ce terms, elles ne sont plus astreintes a rien 
Leur entretien est tres dispendieux. Independamment de la nourrilure des 
hommes et des chevaux, I’usage est de donner a chaque cavalier une chemise, 
une cufotte et une paire de babouches,] (F. 288) ajoutez a cela le prix arbitraire 
qu’ils mettent a leurs chevaux dont ils exigent le payement quand ils sons 
blesses et on conservra. sans peine, la difficult avec laquelle le Pacha 
reussissait a satisfaire ces dangereux amis |Deja on ncmmenpait a deplorer 
instruit de toutes les drconstances de cet bvenement. La ruite de son pere 
qu’il apprit trop tard lui fit croire les forces du nouveau Pacha beaucoup plus 

Ce prince aurait ete acceuilli dans tous les temps avec une sensible joie, 
mais !22l on connut mieux le prix de sa pr6sence dans un moment ou la sagesse 
d un bon conseil n'etait pas moins necessaire que les autres secours que I'on 
se promettalt de sa lib^ralitd. On ne fut trompe dans aucune de ces attentes; 
mais le denouement de cette crise etait hors des regies de la prudence la plus 
consommee et sa fatale singularity ne contribua pas peu au succes. 

La ville £tait assiegee depuis plus de cinquante jours. Les hostilit6s 

La ville etait assiegee depuis plus de cinquante jours. Les hostlites se 
succedaient avec une rapidrte qui ne laissait aux Tripolins aucun repos. Ils 
n’avaient plus d’espoir que dans I'arrivee prochaine de Hagi Salem Aga (25) de 
Mesurat (26) sur (’assistance duquel le Pacha devait d’aiitant plus compter 

22 Probablement I’attaque du 27 juin 1793 selon R. Tully, op oil, p. 290 

23. horde avec le sens de qabila. tritxj 

24. Wua it, cf. E. de Agostini, Le popotaziom deile Tnpoltam, Tripoli 1917, p 261-2 Originates 
de la region de Gab6s en Tunlsie et ennemis des habitants de Djerba. ils avaieni et6 refoules 
en Tripolitaine par les Warghemma. Ils participeront en 1794 a I'attaque de Djerba Ce sont les 
Kuoniales ou Knowiales de E. Tully, op cit.. p 295. 303-5. 344 Leur chef etait Cheikh Met 

25. al-Hajj Salim, selon Feraud, op cit., p 258, ennemi de Sidi Yousseph parce que "outrage dans 
son honneur d’epoux". 

26 Misrata 


20 


Le Sahal (17) le plus peuple des villages qui avoisinaient la ville, avail pour 
Caid Sidi Amours (18), fils de Moustapha Khodja (19), premier ecrivain du Pacha 
(20). La fortune et la faveur de ce ministre dtaient au plus haut degre] (F 287) 
et avaient toute la solidite d'une ancienne habitude. L'abus qu'il fit du second 
de ces a vantages peut etre regarde comme (16/ une des causes des malheurs 
de Tripoli. (Les habitant du Saha/ se plaignirent de la rigueur et de la cupidite 
de leur Caid Leurs representations etaient si energiques et si fondees que 
Moustapha Khodja. croyant devoir momentanement ceder a I'orage et se faire 
un merite aupr^s de son maitre de son equity et de son desinteressement, 
consentit a la destitution de son fils auquel il donna pour successes le 
khaznadar (21) du feu Bey; mais tl ne perdit pas de vue ies moyens de reparer 
la premiere atteinte portee a son autorite et il avait resolu de replacer son fils. 

II crut y reussir en indisposant les habitants du Saha/ contre leur nouveau Caid. 

II attribuait a ses conseils la severite extreme a laquelle il disposait lui-meme 
le Pacha qui, d'ailleurs. aigri par de continued chagrins domestiques. s ecarta 
de sa douceur ordinaire dans le moment oil elle lui Gtait plus necessaire. Les 
premieres plaintes (17/ que vmrent lui porter les principaux cheikhs, non 
seulement ne furent pas ecoutees mais encore furent pumes dune manure 
aussi humil i ante que cruelle. 

Un traitement si rigoureux, si oppose a la clemence a laquelle on 6tait 
accoutume, incita des nouveau x murmures que Moustapha Khodja offrit de ' a ''' e 
cesser en ritablissant son fils dont la fermete et la severite devaient retabhr 
le cal me et soumettre les seditieux. Ce remede violent irnta le mal au lieu de 
I’adoucir et amena naturellement les esprits aux dispositions que Stdi Yousseph 
attendait depuis longtemps, Soliman Beni ne les laissa pas refroidir et sa fortune 
fut prodiguee pour gagner ceux que la persuation et I’example n avaient pas 
encore entraine.] (F. 287) Ce qui paraitra le plus etonnant dans cet evenemen 
est la fidelity inviolable avec laquelle fut garde le secret, neeessairement /1 8/ 
confie a un tr6s de grand nombre de conjures. Peu de temps avant cette 
derniere explosion, le Pacha afflige de la duree de cette guerre et dans la vue 
de faire cesser les brigandages qu'occasionnaient dansson royaume la presence 
du rebelle et la protection qu'il accordait a tous ceux que I esprit de sedition ou 
la poursuite des lois attiraient dans son parti, avait consenti a lui donner e 
gouvernement de Bengazi; et S/d/ Ahssan, n'ecoutant que I affection fraternelle 
et le desir de la paix. s’acrifia a ces deux motifs les intents d une grande fortune 
qu'il rassembla a la hate et virt offrir a son frere 

Sidi Yousseph avait feint d'accepter la proposition avec reconnaissance. 
Deia il avait recu de la Iib6rallte de son pere tout ce qui pouvait I etablir avec 
°clat dans la seconde dignite du royaume jamais les Tnpolins ne s dtaienl 
crus plus 719/ assures du repos auquel ils aspiraient depuis si longtemps que 
quand ils se virent reduits a en perdre jusqu'a I esperance. 

17. Le Sahal ou 'c6te“ se refere a un district considerable situb a quelque distance de Tripoli, 

cf R Tully, op. cit., p 336 

t8. mentionne uniquement par cette source 

19 Woustafa Ktioudja de lamille egyplienne mais natif de Tripoli, conseiller de All Pacha Kararnnii 

et chef de son Secretariat Auteur de plusieurs ouvrages dont I original arabe du manuscrit 

“Fromenf; cf. M.A, el-WSti. op. Cit.. p. 1 39-40, n. 134 

20. traduction litterale de 1‘expressio diet du secretariat 

21. tltre de trisorier 


19 


defiance !M I masquees par les apparences de deference (12) d'une part, et de 
cordiality de I’autre. La violence du caractere de Sidi Yousseph ne pouvait 
pas s’accommoder longtemps de cette contrainte. II leva le masque mais trop 
faible encore pour rien entreprendre centre un homme continuellement sur ses 
gardes. II se contenla de retourner a son premier asile dans I’esploir d'attirer 
le Bey en dehors et dans la vue de se merager parmt les Arabes un parti (13) 
assez considerable pour le forcer dans ces retranctiements s’il y etait oblige 
Sidi Achnnet, de son cote, gemissaitd'un aussi penible esclavage et des obstacles 
que son pere opposait constamment aux moyens qu’il voulait tenter pour s’en 
affranchir.] (F. 285) 

Cette conduite du Pacha donnait lieu a mille conjectures et k des inter- 
pretations qui, toutes. ne lui etaient pas favorables, mais ii est plus naturel de 
croire que sa prevention n'etait /13/ pas assez forte pour lui termer les yeux 
sul I’ambition de Sidi Yousseph; et la crainte qu'il devait raisonnablement en 
avoir le faisait manager un d^enseur qu’il aimait peu mais dont II n’avait rien 
& redouter. 

[Sidi Yousseph encourage par] cette inaction, se prevalut de [la faveur 
apparente de son pere et parvint & rassembler environ six cents chevaux a 
la tete desquels il se presenta devant la ville le vingt cinq juin mil sept cent 
quatre vingt onze (14). II s'en serait rendu intailliblement la maitre s’il avait su 
profiler du premier moment de surprise et d'eprouvante. Les remparts dtaient 
degarnis, I'artillerie abandonnee II n’aurait eprouve qu'une faible resistance; 
mais il donna le temps de reparer cette negligence et il fut contraint de se retirer. 
Deux autres tentatives semblables n’eurent pas plus de succes et il aurait 
probablement /1 4/ ete oblige de renoncer a son entreprise s’il n’eut 6ts 
encourage par le devouement de ses compagnons] (F. 286) et des circostances 
particulieres dont il salt adroitement profiler. 

Depuis plus de deux ans, il errait dans I'interieur des terres supportant 
avec ure Constance admirable les fatigues et la misfere d'une vie vagabonde. 
Son courage mspirait un intertt qu'il savait manager avec adresse et prudence. 
Ses z6I6s compagnons semaient partout le germe du me conten lament et de la 
division.] (F. 286) L'inaction forces du Bey donnait du poids a leurs insinuations 
et on I’attribuait g6neralment ou a un dtfaut d’energie ou k la predilection 
connue du Pacha pour Sidi Yousseph. Ce dernier [ponctuellement instruit des 
actions, des discours mfime de son pere (F. = frere), reglait d'aprbs ces 
connaissances ses demarches /1 5/ et les bruits qu'il lui convenait de faire 
repandre. II fut efficacement seconde par Soi/man Ben/(15), renegat italien, qui 
avait a se venger de S/di Mahmet. gendre du Pacha (16) de la galanterie duquel 
il avait raison de se plaindre et qui avait joint a I'eclat indiscret de sa conduite, 
des menaces dont Beni avait loujours inutilement demande justice. Son 
res sentiment croissait par I'impossibilite de la satisfaire ouvertement mais il 
epiait avec soin tout ce qui pouvait le conduire a oe but. 


1 2 Depuis le 20 juillet 1 790. jour du meurtre jusqu'au 25 juin 1 791 

13 Arabes avec le sens de bedouins 

14 chevaux pour cavaliers 

1 5. Soliman Bum sebn Firaud, op. oil , p 286 qu'il qialfie doflicier du palais 

1 6. Amant de Zaynab, femme de Soliman B uni, selon Feraud, op oil., p 286 


18 


descend, [rencontre dans I’esquit (8) le Kiaya (9), son oncle (10). vieNlard 
respectable qui lur demandait avec Inquietude la cause du trouble et range 
dans lequel il le voyait II ne lui r^pond que par un arret de mort qu'il fait executer 
par ses negres, monte a cheval et se retire aujardin de son pere, suivi c I une trou- 
pe 19/ considerable de gens determines qui, depuis ce moment, se sont associes 
a sa fortune et lui sont entierement devours, 

Sidi Achmet Bey actuel etait etait absent. L’interet qu’il avail ft locution 
de ce forfait fait supposer sa participation, et I empressement avec q 
vint l ux jours apres en receuillir le fruit, autorise a croire qu'il ava.t connaissance 

du complot,] (F. 284) 

On rftussit (II) a calmer le ressentiment que le Pacha ne put manquer d 
de lapertedleson file en lui faisanl umbrage de sa pu.ssancee en lu, 
f ,i :i rpdevable a Sidi Yousseph de navoir pas ete lui-meme ta vicume 
de son ambition Des soupgons de cette nature germent facilement dans espn 
tfufauZ tartireatue, et le Pachane songea plus qu'a rendre grace 4 Dieu de 
rJJJ" dXw? " ( grand danger et a nOI rdumr lea deux fils qui lu, 

restaient) (F. 284) 

Quelque tut son opinion a oel egard. il lui con venaitd'autanlplus de^raitre 
^nnvainm one I'audace du coupable rendait dangereux le parti de la severne, 
rrSt^rilSTe prdtexte qui MM de motiver son indulgence. 

rojHi Ynusseoh lui done rappele et acceuilli comme le liberateur de son 
cere se rendit k cette invitation accompagn6 de plus de deux cents hommes 
arm^s Le Bev et les principaux officiers du Pacha eurent ordre d aller au devant 
de lu? jusqu'a* la porte de I'Esquif et il reparut en triomphe dans les lieux qu its 
venait de^ souiHer par les plus atroce des crimes. Les spectateurs de cette 
interessante entrevue en attendait le denouement avec inquietude. Le Pacha 
leBev Itaient en sa puissance. Un seul instant, un crime de plus iep'apait /II/ 
sur le trone] (F. 284) et assouvissait I’ambition extreme a laquelle il a dep 

t0Ut Cette crainte fttalt bien fondee mais elle se dissipa heureusement et fit 

mace a une vive surprise quand on ie vit se jetter aux pieds de son pere qui 
E r^eva avec douceur et ordonna qu’on lu. rendit les hommages ordinaires^ Le 

maasem 

ni attaque ni trahison. 

Les deux princes resident longtemps dans cet etat ^observation et de 

i ssrsatfs a? 

op cit., p 284 traduit par escalier 

9. Kiaya de I'arabe kahiya (tgre, kiahyai est le premier digmteire civil. Cf. E. Rossi, op cit.. p 247 

10. Abdalldh Cf. E. Rossi, op. cit., p. 249 

, 1 . on. II s'agirait Ue Eslhe, I. I.«rite Uu p.cl» Hunt la (Me Mereltob (« chacal SUU. I. malt, esse 
de Yousseph suivant Ch Feraud. op. cit,, p 284 


17 


tributs non seulement retenait les bedouins dans las bornes de la soumission 
mais encore lui procurait des richesses auxquelles s' ajoiitaient, encore, les prises 
aue faisaient les corsaires qu’il armait a ses frais. et ne reconnaissaient d autres 
autorites que la sienne. Son p&re voyait 151 sans crainte croitre sa puissance 
et lui abandonnait, avec s6curite, les soins importants donl son age avance 
commemgait a le rendre moins capable 

L’estime g^rterale que les bonnes qualitesde ce Prince lui avatent acquise; 
les hommages que Ton rendait a sa puissance laissaienl lies eux prints ses 
f reres a une distance qui devait leur §tre bien sensible S/di Achmel, d un nature! 
doux, destine d’ailleurs a lui succeder, paraissait attendre assez _ 

remede que le temps porterait a ce chagrin Sidi Yousseph, plus ardent, resolut 
a I’immoler a son depit et a son ambition et it n’y reussit que trop malheureuse- 
ment Le grand nombre et le z$le des partisans du Bey ne donnaient a Stdi 
Yousseph Tespoir de teussir dans ( execution du fratricide qu il meditait que par 
surprise La confiance et la /6/ securite de son adversaire lui en faciliterent les 
moyens, II mil souvent I'une et I’autre a 1‘epreuve par des querelles ftequentes 
□u’il faisait apaiser par la mediation des femmes. Ces differends, mcessamment 
renaissants et assoupis, n'excitant plus I attention, 6loignaient la defiance et 
lui laissaient la liberte de choisir le moment le plus favorable] (F. 278) L'occasion 
qu'il attendait avec tant d’impatience se presents enfin [le vendredi vingt juillet 
mil sept cent quatre cingt dix. Attectant le desir d'une sincere reconciliation, 
il fait inviter le Bey a se rendre dans I'appartement de leur mere (5) en presence 
de laquelle il devait reconnaitre ses torts et seeder par les serments les plus 
respectables la promesse de les reparer. Le choix du jour du Bazar qui 6loignait 
de la ville le plus gran nombre des habitants, plus encore, la connaissance 
du caractere 17 i entreprenant de Sidi Yousseph devaient rendre I’invitation 
suspecte; mais le Bey se livrant a sa confiance naturelle et au desir de voir se 
terminer des dissensions dont il efait fatigue depuis longtemps, se rendit sans 
armes au fatal rendez-vous.] (F 283) 

Sidi Yousseph etait pareillement desarme. Le commandant (6) de I’entrevue 
fut Daisible et [il offrit de jurer sur le Coran de la sincerity de ses intentions 
Dacifiques] (F. 283). Cette offre fut acceptee et a un signal convenu, un de ses 
aens lui porte deux pistolets de run desqueis !e malheureux Hassan ne fut 
d abord que legerement blessb et [il eut le temps de saisir un petit couteau 
dont il blessa son meurtrier au bras) (F. 283), mais un second coup mit fin a 
sa couraqeuse resistance. Cette cruelle scene eut pourtemom la mere, la femme 
du Bev (7) enceinte de huit mois, plusieurs autres femmes. Pour /8/ que rien ne 
manqua b I' atrocity du spectacle, il fit entrer ses n6gres auxquels il donna ordre 
de con sommer son attentat. Cette derniere drew stance rSvolta plus encore que 
Taction en elle-rTteme, et les musulmans pardonnenf plus aisement ces 
sanguinaires executions auxquelles ils sent, en quelque sorte accoutumes 
qu’une violation aussi etrange de I’asile sacre des femmes, dont I histoire n avait 
pas jusqu'alors fourni d'exemple. 

Anim6 par ce cruel succes et dans la premise effervescence du crime, il 


5 UU. (Madame) HaMma; cl t Road. op. cl. P M m " » «* 132 

6 lire plutfit commencement 

7. ca isha, cf, E. Rossi, op cit., p 249 


16 


HIST01RE DU REGNE D'AU CARAMANLV. 
PACHA DE TRIPOLI DE BARBARIE (1) 


I2J Ali Caramanly succeda a Mahmet Pacha (2), son pere, et ^onta s _ 
trone de Tripoli, I'an de l ere chretienne mil sept eenl cinquante si: ^n^ ifp 
son regne fut peu conforme au caractere humam qu il d^veloppa dans la 
et la douoeur de son gouvernement, sa bienfaisante popular ite envers ses suj 
I'affectueuse protection que les Chreriens trouvaient toojours aupr^s de M. 
ont fait oublier des exc6s qui r^voltent justement nos moeurs ma.s qu. semblent. 
en quelque sorte, autorises par le cruel usage qui les consacre et. souvent, |us 
tifids par la necessity de prevenir les attentats des competiteurs. 

II gouvernaavec justice et moderation; et Tripoli - qui 6tait autrefois regardde 
avec 12! raisons comme la plus puissante des Regences barbaresques, qui se 
soutiert avec distinction apres la ruine de sa marine a Scio par M. L e Oh. 
Duquesne(3). dont la puissance enfin n’apu etre reellement ebranlee que par les 
ravages indidbles de la peste de mil sept cent quatre vingt un - aural pu, 
peut-etre, recouvrer une partie de ses pertes et re prendre son ancie n ne splendeu 
si a des catamites aussi desastreuses n'avaient succedees des dissensions 
domestiques qui, en occupant tristement presque tous les moments de a vie 
du Pacha. I’eloignerent des affaires et laissaient un vaste et hbre champ _ 

I’ ambit ion et a la cupidite de ses mimstres. C'est prmcipalement a cette cause 
que I on doit attribuer la decadence progressive de ce pauvre royaume et de 
I’etat tenement deplorable dans lequel il est presentement reduit. que avemr 
n'offre que la triste perspective d'une ruine presque totale. 

La famille de ce Prince etait composee 14! de trois fils: Sidi hassan Bey, 

Sidi AchmeteX Sidi Yousseph, . . ■, 

Sidi Ahssan Caramanly, son frere, avait !e gouvernement de Benfifazi ou i 
residait; et il n'etait connu a Tripoli que par Testime et I a con siderat ton ge n er ales 
qu’il s'etait conciliees par la douceur de son caractere et I equit - de son 
gouvernement, 

[Sidi iiassan Bey, heritier presomptif, r^unissait au plus haut degre les 
agrements personnels et le talent de commander Le P^S gracieux accueHJu^ 
faisait des partisans de tous ceux qui I'approchaient. Son courage, plusieurs 
fols dprouve a la tete des camps (4} qu'il dtait oblige de lever pour ret.rer les 

1 Pour son regne, cl, E. Rossi, op oil p 243-257. et pour les elements e vogues dans ce 
manuscrit, p 252-257 

2 Muhammad Pacha Karamanl> regna de 1745 a 1754. 0 E. Rossi, op cit. p, 239-243 

3 Chio Vctoire de M Duquesne su» la Hotte trlpoMaine le 23 Juillet 1661. Cf E Rossi, op. cit, 
p 206; Ch Fferaud, op. cit, p, 152-163 

4 camp. Cast probablemenl It traduction de met, alia, il des lorces recmties pour ure 
expedition tnilitaire 


15 
























/ 







































Suite de I’histoire de la Regence de Tripoli de Barbarie 
Regne d’ALY CARAMANLY. 1793 


13 


et la France (17). Chlo fut aussi a I'origine du Consulal. Mais, contrairement 
a I'impression donn^e par le texte, Chio ne fut pas le fait darmes le plus marquant 
pour toute I’histoire de la Regence 

II se peut que le rapport ait Ate ecrit a la demande du nouveau Consul 
franpais Guys, arrive peu de temps avant le debarque ment d’Ali Bourghoul 
(18). Un aperpu des Avenements Scents pouvait le guider dans son appreciation 
du present. Les speculations en fin du rapport s'expliqueraient bien dans cette 
perspective. S'il en est airsi. le rapport ne convaincra pas Guys des qualitds du 
Pacha AM Bourghoul (19). 

L’intArAt du texte provient, d’abord, du fait que c'est la seconde source sur 
la periode a etre publiee integralement. II donne quetques nouveaux details 
sur la lutte de 1 790 etses sequelles; mais sa description du regne d'Aii Bourghoul 
est bien plus int6ressante Sans nier la terreur que cefui-ci faisait rdgner et 
les sdvices qu’il infligea a la population locale, il marque son admiration devant 
la reussite de ce Pacha. C'est ure interpretation etonnante mais comprehensive 
iustement en ce debut d’automne de I'annAe 1794 


17 L. Ch FERAUD. op ciU p. 151-154 et 154-162. 

1 8 L Ch FERAUD. op. CiU p. 299 II (ttbarqua le 30 mai 1793 

19 L. Ch. FERAUD. op. cit, p. 298-299 pour I'cpinion que Guys avail de Ali BOURGHOUL et p. 
294 pour les relations dilticites entre les consuls et ce pacha 


12 


antdrieur au present des pages 36 a 40. a comme nee r par Je par ag raphe 

"L heureuse etoile de Sidi Aty parait enfin le «» “ e ? e C £*2“ 
ces dernieres pages que I on mentionne la bataille de Zamzour. Le texte tut 

bien rddige en septenribre 1794. 

Mais qui est I'auteur de ce manuscrit? 

L’ analyse grammaticale separee des deux textes nous a amene au paradoxe 
suivant. Celui qui est cense etre une traduction d’un original arabe et qui es 
attribue k Froment de Champ Lagarde contient moins d'arabisme que le s ® c °" d 
□ui est cense etre un original enlanguefrancaise C' est un Frangais, tres 
ment Froment, qui a traduit le texte arabe et un arabophone qui a redige e 
texte publie ci-apres. Arabophone mais non musulman. On le constate a par- 
tir des passages (pp.2 et 8) oil il oppose les musulmans a “nous (ct. aussi, le 
passage p. 32). Le commentaire (p. 9) sur la mentality d un Sultan barbaresque 
mdique, en outre, que I’auteur n’est pas nord-atricain. 

Arabophone et Chretien, il s’agit probablement d un maltais. Or il se fait 
qu'en 1794 le consulatde France a Tripoli engages a 'litre provisoire un certain 
Xavier Naudi comme agent interprete*’ (14), ll y restera jusqen 1799, date a 
laauelle il sera evacu6 avec le Consul Beaussier, Bonaparte le renverra a 
Tripoli pour negocier le traits du 18 Juin 1801 entre la Regence et 
II devient chancelier du Consulat. mais abandon ne ce poste en 1802 (lb) 
Rossi le d£crit comme "un aventurier entreprenant et brigueur. Apres 1802 i 
causa beaucoup d'ennuis k Tripoli a cause de son ambition (16). un te 
caractere s’allie bien avec les considerations finales de notre texte sur la 
personne et I’avenir d AN Bourghoul. C’est notamment I’unique source qui en 
fait un grand homme: “On ne peui refuser de I’admiration a sa conduite 
soulenue et adroite dans des circonsiances aussi difficiles et fart avec lequel 
il tire parti des moindres avantages” (p 32), ailleurs, il parle meme de genie 
vaste et souple" (p. 37). 

Tous ces indices ne suffisent pas. en eux-memes. pour o .P r °“^ r 
certitude que Naudi tut bien I’auteur de notre manuscnt. Bien sur. i aural pu 
I' etre. II euil au consulat. .1 etait maltais, interprete. arabophone l ec 
la certitude ne viendra que lorsqi/on pourra comparer notre texte a e 
un iCtedeNaud et c. sur les plans du style et des tautes eventuelles. 

Le texte est un rapport etabli pour le compte du Consulat be France a Tripoli- 
On le retrouve relie a un second manuscrit rPdige par un N/ice-consuL La page 
de garde renvoie egalement au second manuscnt. Le lien entre le Consulat et 
notre texte se remarque a partir de I’analyse interne. On evoque, en effet la 
bataille de Chio (p. 3. epeiee Scio,. a I’italienne) ou Duquesne (et non pas 
Duguesne) battit le 23 Juillet la ftotte tripolitame Cette action fut a I origme 
du traits fondamental qui, en 1794 encore, r6glait les relations entre la Regen ces 

14 L. Ch. FERAUD, op at, p 313 BEAUSSIER eent que Xavier NAUDI est vice consul et '"^rprete 
provisoire depuis plus de cinq ans La date de sa lettre, le 6 messid 

decembre 1799, mais bien voir E ROSSI, op. cit. p 262. fn 15 II en r&sulte que NAUDI fut 
engage "a tilre provisoire’ en 1794 et probablement au pnntemps. Froment quitta en 1794 
ei j| esl probable que NAUDI fut son successes -provisoire*. 

15 E. ROSSI. op dtp. 263 

16 E. ROSSI, op. cit. p 263. fn IB et texte 


11 


dessus mention n6es a I'exception de I'emplol d’un a erronne et d’un dans la 
au lieu de en. Ses phrases sont un peu mieux charpentees. 

En ce qui concerne le vocabulaire, les deux manuscrits utilisent les termes 
esquif, camp, arabe comme une traduction litterale de termes arabes avec. 
cependant, un sens different de celui que peut exprimer le mot franqais, Notre 
manuscrit ajoute aux mots precedents, cheval, chefs du pays, horde, et utilise 
d’une fapon peu conforme les mots negligence et (mperrt/e. 

L’ auteur du texte que nous Editions connait la tangue frangaise mais ne la 
maitrise pas tres bien. Le manuscrit Froment semble etre bien 6crit par un 
Frangaisou du moins queiqu’un qui possede la langue franpaise. Bienquetraduit 
de I'arabe, le manuscrit Froment contient, contrairement a celui public ici, moins 
d'arabismes dans la syntaxe, le style et le vocabulaire. Partant des indications 
precedentes, on est amend a conclure que les deux textes n'ont pas le 
meme auteur. 

La page de garde (p. I) de notre texte porte la date de 1 793. Est-ce la date 
de redaction du manuscrit? Le texte parle d'une bataille h Zamzour et ensuite 
d'une tr6ve tacite; la ville de Tripoli est debloquee tandis que les princes 
Karamanly se sont retires (p. 38-40). Or, la bataille de Zamzour a eu lieu le 29 
Aout 1794 (10) et les princes s'enfuirent a Tunis, Mais cela n’etait pas encore 
connu de notre auteur. L'ev6nement marquant suivant fut I’occupation de Djerba 
par Ali Bourghoul le 24 Septembre 1794 (II), ev6r»ement qui n’est pas a son 
tour mention ne dans notre texte. Le manuscrit daterait done du mois de Septem- 
bre 1974 et plus precis6ment du d^but du mois puisque Ton ne savait pas 
encore que les princes Karamanly partaient pour Tunis. Cela saccorde avec 
la phrase “assiegb depuis plus d'une annee (le 30 juillet 1793) par un peuple 
entier..." (p. 37) qui se r6f6re a Ali Bourghoul. 


Existe, cependant, une indication contraire. Daprds le texte (p 34) Son 
f= Ali Bourghoul) credit n'a pas sufti pour obtenir renvoi moins dispendieux 
et plus imposant d'un Capoudji porleur du caftan". Or ce caftan fut obtenu 
avant la batailla de Zamzour, F6raud donne la date, rnanifestement ©rronee, du 
1 Juillet 1795 (12) tandis que Micacchi relate le fait et sa source en datant du 
15 Avril 1794 (13). Toutefois la difficulte ^appreciation provient. dans notre 
manuscrit, de I’empioi incertain des temps verbaux: "N'a pas sufff doit etre 
" n'avait pas suffi " (a ce moment l&). Le present narratif des pages 34 a 36 est 

10 C BERGNA, Tripoli del 15)0 al 7850. Tripoli 1925. p 245 suivant la chromque de la mission, 
R MICACCHI La Tripolitania sotto it dominio di Car&manli. Roma 1936. p 132 suivant une 
lettre du 5-9-1 794 de LUCAS et E. ROSSI, op. cit, p 257, suivant une lettre de LUCAS du 
20-10*1794 BERGNA donne la date, mais pas le lieu. II ne parle pas non plus de la Iruite a 
Tunis - au contraire pour lui le siege reprend ROSSI parle du lieu, de la fuite des princes mais pas 
la date MICACCHI donne la date, le lieu ei la fuile a Tunis Le renseignement provient en fail 
(ROSSI et MICACCHI) du consul anglais a Tripoli, LUCAS, 


11 R. MICACCHI. op. cit, p 133-134; E. ROSSI, op. Oil, p. 257; L. Ch FERAUD, op. Clt, p. 297 

12 L. Ch FERAUD. op. clt, p 296 En 1795 Youssouf Karamanli regnait 

13 R. MICACCHI, op. cit p. 131. Lettre du consul LUCAS du 12-2-1794 ei postscript du 15-4-1794 


10 


XVIIIe siecle Nnus ne revelons oas les qraphies us'felles a cette epoque bien 

queues different ae I usage actuei (exemples: rems pourtemps, 

frone, joye pour foie, etc..). Nous ne retenons que les fautes (9). On retrouve 

les pratiques suivantes: 

- incertitude quant ou doublement d’une consonne (17 graphies errondes), 
a la graphie du son s (9 cas non compris deux pluriels en x plutot qu en s), 
incertitude quant aux voyelles nasalisdes (7 graphies erronees). _ 

- Erreurs de voyelles (7 cas errones dont trois / pour e, un i pour a, un ou 
pour o un u pour ou, un e final omis); erreur de / mouille (4 cas dont 2 ou une 
syllabe entiere tombe). A part deux graphies vraiment desuetes. me me a I epoque 
lenyvre, vuide) on trouve deux fautes qui demandent plus d explication, 
cas de costan pour caftan et Biis pour Rais ont etd signaltes plus haut. II reste 
I'orthographe Irhone pour frone. La graphie trhone est la plus ;* | r6c j uer !j e ’ r p 
trouve quand meme (rone deux fois (p. 2, 1.2 et p. 27. 114). Le ■ h 

dans ce cas I'accent circonflexe. Cependant le manuscrit content ailleurs 
quelques accents circonllexes tout en omettant d en mettre d autres a leur 
endroit. A noter egalement que de nombreux accents aigus ou graves manquent. 

- Les deux dernidres caractdristiques de la graphie concernent I emptoi 
des lettres majuscules et le mode d'abrdviation. La plupart des Paragraphes 
debutent par une majuscule, sauf dans trois cas (pp. 23, 24, 31 ) mats l em P , 2jJ® 
majuscules en debut de ligne est aussi arbitrage que leur presence en debut 
de quelques noms outitres, etc... On notera, par example, la tendance a orthogra 
phier le mot “son" avec S qu'il s'agisse d'une altesse ou non. Enftn le manuscrit 
utilise sept fois le tilde comme abreviation (5 fois mt pour menf, une fois on 
pour son, pur pour pour). L' abreviation Cap"*etait d’usage a I’epoque. 

Le manuscrit Froment ditfere du notre sur presque tous ces points D'abord 
il contien moms de fautes d’orthographe. S'il hesite aussi quan au 
de la consonne. il prefere plutot ne pas doubler (5 cas) que doubler (3 cm) 
contrairement done a notre manuscrit que redouble la consonne dans j2 
cas Les deux fois ou ‘froment" redouble abusivement, notre manuscrit le suit 
Par ailleurs, Froment ne semble pas avoir de difficulty avec ,es . V0 J® J^j re 
sons s et / mouilles. il utilise cependant la graphie trhone et une similai , 
cosfhume pour costume, et s’abstient quant a lemploi de accent ci c ‘ 

Ses majuscules sont aussi peu ordonnees que dans le notre Son systeme 
d’abrdviation est different. II tire une ligne au-dessus du mot et de plus, 
n'abrege qu’une seule fois. Quant a la terminaison ment, il I execute de la sorte. 
accomplissement = accomplissement. 

Le texte que nous Editions contient aussi de nombreuses fautes dp 
grammaire: quelques noms verbaux au lieu des verbes. accord du plujie^ 
accords verbaux defectueux, melange de temps verbaux entre le pres 
passe par exemple, utilisation d'jn present narratif au lieu du Pass6 simple o 
de fimparfait, erreurs dans I'usage des prepositions, ernploi errone de id ' - 

Quant a la syntaxe, on remarquera la presence de jres nombreuses _seque ■ 

parfois trop longues e. mal structures. Nous ne detail ions de 

svntaxe le lecteur peut facilement les relever dans le texte imp ■ 

manuscrit Froment manipule parfois avec peu d’aisance 1 n^^Ldsent) 
verbaux surtout au sein de la m6me sequence (present/passe, passeypres 

mais ne commet pour ainsi dire aucune des autres fautes grammaticaies ci* 
9 On a corrwi les fautes d'orthographe dans la taxte Mit6 mais non de grammaire ou de syntaxe 


9 


de Slane lee mentionna en 1842 et tfablit une copie qui se trouve aujourd’hui 
a Paris; tandis que Pdllssier de Reynaud qui les consults a Malte en 1848, en 
d6plorait I'absence en 1850 des archives consulates de Tripoli (5). Les deux 
manuscrits ont pu. en eftet, provenir des archives du Consulat franpais a Tripoli 
puisqu'en 1 799 une partie fut enlevbe et transports a Malte (6). En dehors 
de la copie du baron de Slane, une autre a 6t6 btablie vers 1869 par Krause, 
celle-li me me qu’utilisera Fbraud par la suite. 


Notre Edition se tonde sur le manuscrit de Malte puisqu'il est un original 
par rapport aux autres. Cet original semble etre & son tour une copie A partir 
d'un brouillon ou, peut-dtre, d’un original aujourd'hui disparu. Cette conclusion 
est d mettre au compte de la presence de quelques erreurs typiques: dans 
costs/) au lieu de coftdn ou caftan, il y a confusion entre s et t (p. 34, 1.15), R et 
B dans Biis au lieu de Rais (p. 25. 1.3), commandant pour commencement 
(p. 7, 1.8) est surtout une faute de negligence. La phrase “le nombre des Turcs 
s'auraient, insensiblement, tout espoir de retour leur est interdit (p. 32, 1.2-4) 
n'a pas de sens et ne s'explique que par remission d line ligne au moins de 
I’ original. La repetition du mot "promettanf (p. 30) est aussi une erreur de 
copiste-: le premier 6tant tout a fait superflu. Enfin, "reunir" (p.31) au lieu de 
"aneantir” pourrait etre aussi une erreur de la part du copiste (8). 


Le fait que le texte soit 6crit d une belle main fort lisible, bien plus belle 

que celle du manuscrit Froment auquel il est joint donne aussi a penser qu'il 
s’agit d'une copie voire d’une mise au.net d'un brouillon, probablement par la 
meme personne qui I’a produit. Vraisemblablement. le texte n’etait pas assez 
important pour en multiplier les copies. II a ete, en effet, tres rapidement de- 
passe par les evenements. 


La main de notre manuscrit differe sensiblemerit de celle du manuscrit 
“Froment". II n’y a que la page de garde qui est ecrite d’une main identique. 
Bien plus, on trouve des particularity interessantes dans I'emploi de la langue 
franrpaise (graphie, syntaxe et vocabulaire). Elies sont d’autant plus int6ressante 
quelles different parciellement de cedes correspondantesdu manuscrit Froment; 
elles 6tablissenl avec certitude que les auteurs des deux manuscrits ne sont 
pas les memes, et par consequent, notre texte n est pas une copie d un 
autographe de Froment. L’bcriture et la graphie appartiennent bien a la fin du 


L Ch FERAUD op cit. p 276 note I et p XIV-XV Le litre que le Baron de Slane donna S sa 

cooie dtne/e encore de ceijx mention^ en note 4 Histoire abrtfflM d* TnpoU cfaputt ten 
copte ainere e ~ at* h„ sume de (a traduction de Wsto/re du rdgne dAh 

STmSid^n. * -lya. sr.ppcsrt on 

gmuttTdu Barn de Slane mars .nierssssnls puuod.ll. lend dens le iWSme dkection que 

certaines conclusions ausquelles nojs aboutissons 


i rh FFPaun on cit d XIVOCV et p 313-314 la lettre de BEAUSSIEft indique que les 
ercni.es lutenl ddposees an consulal general JE5 Mgne L_aHn-™«OT fw^Me a'A ^f^nHD^ 
Sditeur de FER AUD 'OdJ nous signele 

che si conservano neita Publics Biblioteca d i Malta Valetta 1856 


7 La Damnation adoptee pour cette Edition est en partie faetice, puisque le manuscrit ne comporte 
peges nertreiees. Nous a.on. numeral. I. page de garde .1 le premiere 2 pour 

terminer avec la page 40. 


8 L. Ch. FERAUD, op. cit, p. 294 supprima le premier “promattant" dans cette phrase. 


8 


INTRODUCTION 


I es evenements de 1790-1795 comptent parmi les plus dramatiques de 
I'histoire de Tripoli. On les connait par une variete de sourees en langues 
fumoeennes parmi lesquelles la principal reste I ouvrage de Lady Worthley 
deia publie (I) Les autres sont principalement des documents WHSU'aire^ Le 
man user it ci-apris edite en flit partie, meme s’il ne s'agit pas d une lettre comme 
£ " nt a pi apart des autres documents. Cast un rapport recapitulate se pr^- 
Mntant sous forme d h.sloire II est (fun certain MMt puisque en plus de tow 
les auteurs qut ontpubliA sur la dynastie Karamanli, les deux histoires S^ndrales 
de to* U bye les plus lues font utilise (2). Sans le dire expressement, L ChaMes 
Feraud en recopie de grandes parties (3). Sa version comporte oepedant, 
nuplaues erreurs de lecture, quelques alterations di texte, des interpolations 
omS du quart environ du texte En utilisant Feraud on se doutera 
neu de la source alaquelle il a puise. Cette pratique justifie. en fait, la n6cessite 
rfp nuhlier les sources dans leur version originate Atnst le lecteur peut. lui 
meme Stinguer entre ce qui est rapporte. interpret* ou ajout* par I'h.stonen. 

Le manuscrit Intitul* “Histoire du Regne d'Ali Caramanly, Pacha de Tripoly 
de Barbarie " et non attribue est predede d'une page de garde portant le titre 
suivant- "Suite de I 'histoire de la Regence de Tripoly de Barbarie. Regne d Aly 
Caramantv . 7 793" Ce manuscrit fait partie du foods de la Bibhotheque publique 
de Malte et est enregistre sous le numero 1 13. Son titre semble etre approxim&ti 
nuisnu’il s'agit des dernieres annees du r*gne seulement. Quant a la page de 
□arde elle se retire a un autre manuscrit intitule: "Histoire abregede Tripoly 
de Barbarie extraite des Archives de cette Regence; traduite par A C. Froment 
de Champ Lagarde, ecuyer, Vice-Consul de France en cette Residence (4). 
Les deux manuscrits (Format 18/24, vingt lignes) sont relies ensemble. Le Baron 

, r TULLY. Narrative ot a ten year's ***«« « ^ in Africa, London 1816. nouvelle Wlt.cn 

une Pdton N vra2m critique de ce texte si important sera* scalable 

1976 utilise egatement ce roaruisciit 

3 L. Ch. FERAUD oo clt. p pa^marqudcline dependarce 

M t •' '?£! 2? SSffi 'if £2! SESS-E A *«— - 

«« *™*e m» h -«-< 4 (»., « maousent. 

4 une de lire, ed e». p. «OSS, J 


7 


•*»*«,■ * « » » > ■ • I n • * * Vt 

* * » ‘ * • * <■ * • • ■ t I l ■ ■ • ■ « 

■ * * • * * # • # * 

» * • » *.«»*****•■»»•■■■*• » ■ _ 

• • * # * # # # * # , • * * ■ « i V s ) 

^ ■ * w r <yy 




» * # * 





mm ^ i • 






I’XXvX' 





r?J ^^m}j 













•t 



Eg: «;r 

I . , 

' ^r^/J <^-'^>1/ v-uv 
Mo? 0 



inn 

-.JR ^ 
r^vj^3»^S0ii 

BDBHBHBBBi